A lire dans la même thématique

Les Français et l’ISR : une prise de conscience peu suivie d’effet

S’il est très prisé des institutionnels, seuls les particuliers qui veulent donner un sens à leur épargne s’intéressent vraiment à l’investissement socialement responsable (ISR).

Acheter un pied-à-terre ou vivre au Maroc vous tente ? Pourquoi pas. Le pays offre non seulement un ensoleillement exceptionnel mais aussi une fiscalité très douce.

S’il était une destination très en vogue, il y a quelques années, il est moins prisé. Néanmoins, le Maroc mérite toujours l’attention car contrairement à la Tunisie, il est relativement stable politiquement. De plus, depuis la crise financière mondiale, les prix de l’immobilier y ont chuté de 20 à 30 % dans des villes comme Casablanca, Agadir, Marrakech, Tanger ou encore Essaouira.

Un riad à Marrakech

A Marrakech, il est par exemple possible d’acquérir un riad rénové type loft de 100 m2 dans la médina pour 147 000 € ou une villa de 180 m2 sur 9 000 m2 de terrain pour 190 000 €. Investir au Maroc reste donc très tentant, d’autant plus que fiscalement, le pays soigne les résidents étrangers.

Si vous vous installez pour la retraite au Maroc et que vous y résidez au moins 183 jours et que vous faites verser votre pension de retraite sur un compte en dirhams non convertibles, vous bénéficierez d’une réduction d’impôt de 55 % et plus.

Mais attention : votre argent ne pourra pas être rapatrié en France en cas de besoin. Dans tous les cas, si vous achetez au Maroc, faites appel à un professionnel local et à un avocat. Sachez, en effet, que les titres de propriété ne sont pas toujours faciles à vérifier. Il faut donc être très prudent.

Crédit photo : Girogio Forchesato