A lire dans la même thématique

Qu’est-ce que la taxonomie verte ?

Une nouvelle réglementation européenne établit un classement des activités vertes. Un moyen d’orienter les flux d’investissement vers les secteurs qui portent des valeurs environnementales.

D’après un rapport de Oxfam, les acteurs bancaires ont une marge d’amélioration pour limiter leurs émissions de gaz à effet de serre. Les initiatives se multiplient.

28 avril 2022

La Rédaction

D’après Oxfam, "notre argent est notre premier poste d’émissions de CO2."1  L’organisation affirme que "nous polluons encore plus via ce que finance notre argent que par notre propre consommation."

Dépôts bancaires, épargne : quel impact carbone ?

Le raisonnement appliqué par Oxfam est le suivant : "l’empreinte carbone d'une banque résulte essentiellement de ses activités de crédit et d’investissement, et les dépôts bancaires font partie des ressources dont elle dispose pour mener ces opérations." Pour effectuer ses calculs, l’ONG estime que les Français ont en moyenne 25 000€ sur leurs comptes.

Bon à savoir

Connaissez-vous le compte bancaire à impact positif ? Cette solution bancaire permet d’accompagner les usagers du système bancaire dans le cadre de la transition écologique.

Alors, comment agir concrètement pour réduire l’impact carbone du système bancaire au sens très large du terme ? Oxfam suggère deux grandes pistes d’amélioration : la mise en place de liste d’exclusions pour les investissements réalisés par les banques et l’adoption de stratégies climat ambitieuses.

Exclure les investissements les plus polluants

La première piste proposée pour agir est que chaque banque élimine de son portefeuille toute entreprise d’une "liste noire" commune.

Les initiatives se multiplient dans ce domaine. Très récemment, par exemple, les six plus grandes banques françaises ont pris un engagement commun portant sur les hydrocarbures non conventionnels. "Dès janvier 2022, elles ne financeront plus les projets dédiés et les entreprises dont la part d’hydrocarbures non conventionnels dans l’exploration et la production (pétrole de schiste, gaz de schiste et sables bitumineux) serait supérieure à 30 % de leur activité.", a indiqué la Fédération bancaire française (FBF) dans un communiqué.2 Des annonces qui font suite à des décisions similaires sur le charbon.

Prendre des engagements en matière d’émissions de CO2

La deuxième piste est que chaque banque adopte "une trajectoire de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre crédible".

Les banques sont des acteurs incontournables du financement de l’économie. D’après Oxfam, elles "ont dès lors une responsabilité et un rôle crucial à jouer dans la transition, tant leurs financements et leurs investissements contribuent aux émissions de gaz à effet de serre mondiales." Chaque entreprise, chaque industrie, chaque filière doit prendre sa part pour faire de la lutte contre le réchauffement climatique une réalité.

https://www.oxfamfrance.org/rapports/banques-des-engagements-climat-a-prendre-au-4eme-degre/

https://www.fbf.fr/fr/communique_de_presse/petrole-de-schiste-gaz-de-schiste-et-sables-bitumineux-les-six-plus-grandes-banques-francaises-sengagent-sur-les-hydrocarbures-non-conventionnels/

Crédit photo : Getty Images