A lire dans la même thématique

Bourse : les secteurs les plus impactés par la hausse des matières premières

Agroalimentaire, automobile, industrie : quelles perspectives peut-on donner sur fond de hausse des prix généralisée ?

Après le phishing, qui concerne une tentative d’arnaque par email, place au vishing. Cette escroquerie, qui se déroule par téléphone, appelle à la plus grande vigilance.

03 février 2022

La Rédaction

Le vishing est une forme de phishing vocal, qui s’apparente à une arnaque téléphonique, automatisée et réalisée à grande échelle.

Vishing : définition

Selon la définition de la Gendarmerie nationale, "le vishing est l'utilisation de la technologie VoIP (voix sur IP) dans le but de duper quelqu'un en lui faisant divulguer de l'information personnelle et/ou financière."1

Ce terme est issu de la contraction entre "voice" (voix, en anglais) et "phishing" (hammeçonnage).

Aujourd’hui, cette technique de hameçonnage par téléphone se développe activement. Selon un rapport publié par la société Proofpoint en 2021, 29% des entreprises français ont déjà été confrontées à ce phénomène.2

Bon à savoir

Il ne faut pas confondre le vishing avec le phreaking, qui consiste à pirater le standard téléphonique d’une entité en vue de réaliser des fraudes à partir de celui-ci.

Les arnaques courantes par vishing

Parmi les grands types de fraudes reposant sur le vishing, on peut citer :

  • l’arnaque au service public (le fraudeur se fait passer pour un représentant du service des impôts, de la Sécurité sociale…) ;
  • la fausse compromission de compte bancaire (le fraudeur contacte la victime pour l’avertir que son compte a été prétendument piraté, avant de lui demander de transférer ses avoirs vers un autre compte contrôlé par l’escroc) ;
  • la fausse loterie (le fraudeur fait croire à la victime qu’elle a gagné un lot de valeur – une smartphone, un voyage…–  à l’occasion d’un tirage au sort et en profite pour lui soutirer des informations personnelles via un site contrefait).

Comment dénoncer une arnaque téléphonique ?

La procédure à suivre en cas d’appel indésirable est rappelée sur le site internet de l’Arcep, l’autorité de régulation des télécoms. Il est ainsi possible de signaler la tentative de fraude en envoyant un simple SMS au numéro "33700". Dans le corps du message, vous devez impérativement préciser :

  • la mention "appel frauduleux ("spam vocal" ou "ping call")" ;
  • le numéro de téléphone douteux.

Vous recevez ensuite de la part de la plateforme 33 700 l’accusé de réception suivant : "Service 33700. Merci pour ce signalement. Votre coopération va nous permettre de lutter contre ces appels indésirables."

Si vous ne parvenez pas à activer cette procédure de signalement, sachez qu’il est également possible d’effectuer cette démarche via :

  • le formulaire disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.33700.fr/ ;
  • la plateforme Pharos ;
  • le numéro d’appel gratuit : 0805 805 817.

Les arnaques se multiplient et il est important de redoubler de vigilance lorsqu’on vous demande des informations à caractère personnel (données d’identité, coordonnées bancaires…).

A lire également

La check-list pour acheter en ligne en toute sécurité

1 https://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/nos-conseils/pour-les-particuliers/me-proteger-sur-internet/le-vishing

2 https://www.itforbusiness.fr/letat-du-phishing-en-france-et-dans-le-monde-42404

Crédit photo : Getty images