A lire dans la même thématique

Investir à l’étranger : quelles questions devez-vous vous poser ?

Thaïlande, Maroc, Portugal, Espagne…Vous rentrez de vos vacances avec une idée en tête : vous offrir un pied à terre pour les vacances ou y couler des jours heureux à la retraite.

L'immobilier de luxe reprend des couleurs… bleu-blanc-rouge !

22 octobre 2016

La reprise se confirme

Les professionnels de l'immobilier haut de gamme s'en étaient félicités dès cet été : la première moitié de l'année 2016 s'est caractérisée par une demande vigoureuse. Plusieurs d'entre eux annonçait même avoir d'ores et déjà atteint le même niveau de chiffres d'affaires que pour toute l'année 2015.

Dans ce secteur de niche, ce sont les biens entre deux et trois millions d'euros qui se sont écoulés le plus facilement.

« À Paris rive droite, détaillait Iris Tang, directrice de l'agence Emile Garcin pour Les Echos.fr en juin, les acquisitions au premier semestre se sont effectuées avec des budgets moyens se situant le plus souvent entre 2 et 3 millions d'euros. »

Le créneau dit de l'ultra luxe, c'est-à-dire des biens entre 6 et 7 millions d'euros est lui aussi dynamique. Le secteur le moins actif étant l'entre deux, celui concernant les biens entre 4 et 6 millions d'euros, trop cher pour les acheteurs Français et ne comportant pas des biens assez impressionnants pour les investisseurs étrangers.

Les Français reviennent en force

Alors que les attentats mais aussi les inondations et les grèves à répétition ont semble-t-il découragé les investisseurs étrangers, les acquéreurs Français ont porté le marché de l'immobilier de luxe sur toute la première moitié de 2016, mettant à profit la baisse des prix et des taux de crédit immobilier historiquement bas.

À noter : depuis le choc du Brexit le 23 juin 2016 et la baisse de la livre sterling, les investisseurs anglo-saxons sont massivement passés de la position d'acquéreurs à celle de vendeurs.