A lire dans la même thématique

Déclaration 2021 : ce qui change pour l’option pour le barème progressif des revenus de capitaux mobiliers

Certains contribuables vont découvrir dans leur déclaration de revenus que l’option pour le barème progressif a été cochée. Pourquoi et qui est concerné ?

L’Open Innovation consiste à faire appel à des acteurs externes à l'entreprise pour innover. Entre les banques et les start-ups, l’heure est désormais à la collaboration.

28 janvier 2021

La Rédaction

Les dispositifs d’Open Innovation continuent à se multiplier dans les entreprises, comme le rappelle une étude du cabinet de conseil Maddyness ReInvent menée en octobre 20201. Ce phénomène touche tout particulièrement le secteur bancaire, alors que celui-ci a été impacté par les nouvelles réglementations européennes relatives à l’Open Banking.

Open Innovation : de quoi s’agit-il ?

Le cabinet de conseil Deloitte définit l’Open Innovation dans le secteur bancaire comme "l’ouverture des systèmes d'information des banques et le partage des données de leurs clients à des tiers."2 Ces tiers peuvent être des banques traditionnelles, mais aussi des banques en ligne, des néo-banques ou des FinTechs. L’ensemble des acteurs bancaires a un rôle à jouer dans ce domaine.

Bon à savoir

Les FinTechs sont des startups de la finance avec un fort profil technologique. Agrégation de comptes, coaching financier, épargne automatique : elles peuvent proposer des services et fonctionnalités variés.

L’API (Application Programming Interface) est le pilier de ce modèle. À travers lui, l’ensemble des acteurs bancaires peuvent se connecter aux services d’une banque pour y développer leurs propres applications.

Quels enjeux pour le secteur bancaire ?

L’Open Innovation dans le secteur bancaire emporte des conséquences à trois niveaux.

Premier niveau, celui de l’amélioration de l’offre et de l’expérience client. Pour les acteurs bancaires déjà installés, l’enrichissement de l’offre de produits et services, de même que le renforcement de l’infrastructure technologique, pourront s’appuyer sur les services fournis par des tiers. L’innovation ne s’envisage plus comme une politique interne et confidentielle, mais comme une stratégie ouverte sur l’extérieur.

Deuxième niveau, celui des modalités d’accès aux services bancaires. Désormais, les clients auront accès à une multitude de produits et services proposés par plusieurs acteurs non plus via autant d’interfaces différentes mais par l’intermédiaire d’une seule et unique place de marché (market place).

Troisième niveau, celui de la conquête et de la fidélisation de nouveaux clients. Grâce aux progrès apportés par l’Open Innovation, les clients pourront se rendre sur la market place parce qu’ils sont intéressés par l’offre A proposée par tel acteur bancaire, puis souscrire au passage l’offre B souscrite par tel autre acteur. Ce qui induit un nouveau partage de la valeur et de nouvelles politiques de fidélisation qui ne soient pas basées sur l’exclusivité de la relation client.

Un contexte d’ouverture propice à la collaboration

Le secteur bancaire s’adapte à ce contexte d’ouverture et de nouvelles formes de partenariats émergent. D’un côté, les banques peuvent profiter de la souplesse des startups pour enrichir leur offre. De l’autre, les startups peuvent s’appuyer sur la solidité des banques pour gagner en expérience et augmenter leur notoriété.

1https://www.maddyness.com/2020/12/18/manque-roi-open-innovation-continuent-se-multiplier/

2https://www2.deloitte.com/fr/fr/pages/services-financier/articles/open-banking.html

Crédit photo : Getty images