A lire dans la même thématique

Imposition des multinationales : que sait-on déjà ?

Où en sont les efforts internationaux des pays pour réformer la fiscalité mondiale des entreprises et instaurer un impôt minimum ?

Appliquée au secteur bancaire, la technologie du cloud bancaire permet des avancées à quatre niveaux principaux.

30 juillet 2021

La Rédaction

Le cloud ("informatique dans les nuages") se définit comme l’ensemble des services informatiques, logiciels et bases de données accessibles via internet. Les informations ne sont plus stockées sur un serveur informatique local, mais sur un service d’entrepôt et d’analyses de données disponible en ligne.

Le cloud bancaire apporte une réponse technique à plusieurs enjeux en matière d’innovation bancaire.

1. L'innovation des services digitalisés dans la banque

Face à l’accumulation de données personnelles et la nécessité de les stocker et de les valoriser (notamment en ayant recours à l’intelligence artificielle, IA), le cloud permet d’abord de débloquer des capacités importantes dans des délais courts. Cette technologie joue donc un rôle d’accélérateur de la transformation digitale des banques.

Le cloud bancaire permet dans le même temps d’accéder plus facilement et plus rapidement aux données des clients. C’est donc un moyen de répondre plus aisément à la demande de personnalisation des offres. Dans le même temps, le cloud accompagne le développement de l’Open Banking qui permet de développer de nouveaux services grâce au principe de transparence des données bancaires.

L’innovation grâce au cloud bancaire se retrouve également au niveau de la qualité de service. Par exemple, certains outils utilisant le cloud permettent de visualiser en temps réel la situation d’un contrat, son niveau d’avancement ainsi que les éventuels points de blocage.

2. L’optimisation de l'infrastructure informatique et la réduction des risques cyber

Compte tenu de la nécessité de réduire le délai de mise sur le marché (time-to-market) dans un environnement de plus en plus concurrentiel, le cloud permet aux banques d’accélérer. Selon un ebook publié par Salesforce, il ne faudrait que 3 mois pour lancer un nouveau produit bancaire via le cloud contre 6 à 18 mois avec la méthode traditionnelle (architecture installée sur les serveurs de l’entreprises).1

La sécurisation des systèmes informatiques dans le cloud est également très poussée. Les procédures mises en place permettent de respecter le consentement sur l’utilisation des données, et d’assurer la confidentialité et la sécurité de ces dernières.

3. L'anticipation et la maîtrise des contraintes réglementaires

La souplesse et la réactivité du cloud permettent de s’adapter plus facilement et plus rapidement aux évolutions en matière de réglementation et de conformité. L’hébergement en mode SaaS (Service as a Software) permet de mettre à jour continuellement et instantanément les applications bancaires, en fonction des nouvelles lois nationales et supranationales (directives ou règlements européens…).

4. La réduction des coûts pour une tarification toujours plus compétitive

Enfin, le cloud permet aux banques de réduire leurs dépenses informatiques de deux manières différentes :

  • d’une part, en augmentant progressivement les capacités au fur et à mesure de l’augmentation réelle des besoins (et, donc, avec un investissement initial raisonnable) ;
  • d’autre part, en permettant aux banques d’externaliser les coûts de maintenance, qui incombent au gestionnaire du parc de serveurs.

À terme, cela permet aux banques, notamment aux banques en ligne, de maintenir une tarification très compétitive. Le cloud permet à la fois de mieux répondre aux besoins des clients et d’optimiser le fonctionnement des banques, dans une forme de cercle vertueux.

1https://www.latribune.fr/supplement/la-tribune-now/comment-le-cloud-va-aider-les-banques-a-se-metamorphoser-selon-salesforce-872422.html

Crédit photo : Getty images