A lire dans la même thématique

Compte titre ordinaire : quel est le régime fiscal en 2021 ?

Vous avez un portefeuille boursier ? Connaissez-vous le fonctionnement de la fiscalité des actions dans un compte titres ordinaire (CTO) ?

Le développement des outils digitaux et la stabilité de la confiance dans le système bancaire permettent de développer de nouveaux services, au-delà des besoins et usages purement financiers.

23 février 2021

La Rédaction

Le développement des outils digitaux et la stabilité de la confiance dans le système bancaire permettent de développer de nouveaux services, au-delà des besoins et usages purement financiers. Une tendance que l’Open banking devrait accélérer.

Les Français semblent désormais prêts à s’adresser à leur banque pour répondre à leurs besoins quotidiens non-financiers. C’est ce que révèle la dixième édition de l’étude Relations banques et clients du cabinet Deloitte1.

Focus sur les 3 besoins quotidiens non-financiers auxquels votre banque pourrait répondre.

1. Sécuriser les achats sur internet

77 % des Français seraient décidés à confier la sécurisation de leurs achats sur Internet à leur banque. Cette demande émergente s’explique par deux raisons principales.

D’une part, les Français ont toujours autant confiance dans le système bancaire."42 % des Français déclarent avoir confiance dans le système bancaire en 2020, un score égal à la 1ère enquête réalisée en 2011.", déclarent les auteurs de l’étude.

D’autre part, les utilisateurs sont satisfaits des outils digitaux proposés par les banques et sont nombreux à les utiliser au quotidien, que ce soit pour la consultation de leur compte (9 Français sur 10) ou pour la réalisation de virements à des bénéficiaires externes (8 Français sur 10).

Dans ce contexte, la banque apparaît comme un acteur légitime pour authentifier les transactions en ligne grâce à des outils performants. Les banques en ligne notamment, ont un fonctionnement particulièrement adapté pour répondre à ce type de besoin.

2. Trouver un avocat

52% des Français seraient enclins à faire appel à leur banque pour trouver un avocat. Au-delà de la mise en relation avec un autre professionnel, les services bancaires pourraient s’étendre à l’avance de la caution pénale ou des honoraires d’avocat, le conseil patrimonial (par exemple, s’il s’agit d’un litige fiscal) …

3. Expertiser son logement

Pour obtenir un crédit immobilier ou pour définir son prix de vente, plusieurs motifs peuvent conduire à avoir besoin d’une estimation immobilière.

48 % des sondés seraient disposés à confier l’expertise de leur logement à leur banque. Les banques centralisent en effet des informations précieuses pour l’estimation d’un bien, telles que le montant des transactions finales ou encore le budget moyen des acheteurs. En comparaison, de nombreux portails internet n’ont accès qu’au montant affiché dans les petites annonces, avant négociation…

"70 % des sondés sont prêts à fournir plus d’informations personnelles (situation familiale, professionnelle, évènements, etc.) pour bénéficier de produits et services mieux adaptés à leurs besoins.", ajoute l’étude. Les stratégies d’Open banking, qui consistent à partager les données entre acteurs bancaires au sens large pour développer de nouveaux produits et services, y ont ainsi toute leur place.

1https://www2.deloitte.com/fr/fr/pages/services-financier/articles/etude-relations-banques-clients.html

Crédit photo : Getty images