A lire dans la même thématique

Les ETF sont-ils la formule magique pour investir ?

Lancés en Amérique du Nord dans les années 90, les ETF, aussi appelés trackers, ont fini par s’imposer un peu partout. Un phénomène qui confirme l’engouement pour la gestion dite "passive"..

La commande vocale s’impose un peu partout, y compris dans le domaine bancaire. Les assistants vocaux deviennent peu à peu des auxiliaires de la vie bancaire.

22 mars 2021

La Rédaction

La commande vocale s’impose un peu partout, y compris dans le domaine bancaire. Qu’il s’agisse de s’identifier par la voix pour payer en ligne, de consulter ses comptes ou de réaliser des opérations, les assistants vocaux deviennent peu à peu des auxiliaires de la vie bancaire.

Siri, Google Assistant, Alexa, Cortana : vous avez sans doute déjà entendu parler de cette intelligence artificielle qui se niche dans les smartphones et autres enceintes connectées.

Ces technologies, développées en grande partie par les Gafam (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft) – mais pas seulement –, se pilotent désormais par la seule voix. Les banques, notamment les banques en ligne, sont concernées au premier chef par cette (r)évolution.

Banque et assistant vocal : trois grandes fonctionnalités

Concrètement, à quoi peut servir un assistant vocal ? Dans le domaine bancaire, les assistants vocaux couvriraient trois grandes fonctionnalités :

  • premièrement, ils permettraient de s’identifier par la voix afin de réaliser un paiement en ligne. La voix est un marqueur biométrique qui permettrait, au même titre que l’empreinte digital ou l’iris de l’œil par exemple, d’authentifier une transaction ;
  • deuxièmement, les assistants vocaux permettraient de consulter ses comptes. Ils pourraient vous lister oralement les dernières opérations réalisées sur votre compte, ou bien vous alerter en cas de dépassement de certains seuils ou d’opérations suspectes ;
  • troisièmement, les assistants vocaux permettraient de réaliser des opérations courantes (virement bancaire, versement sur un compte épargne…) et de contacter un conseiller. Ils joueraient alors le rôle d’intermédiaires et apporteraient, dans certains cas, des interactions supplémentaires.

La relation prime sur la machine

Parler à son assistant vocal est en effet un peu différent de tapoter sur son smartphone. L’utilisation de la voix apporte une dimension plus humaine, plus directe… D’après une étude CSA/Hadopi, l’interaction vocale introduit même "un nouveau rapport entre l’humain et la machine"1.

Bon à savoir

Après le "cliquer" et le "toucher", le "parler" émergerait comme une troisième façon d’interagir avec sa banque par le biais de la technologie.

Des banques prêtes à investir

Quoiqu’il en soit, les banques, en particulier américaines, semblent prêtes à investir massivement. Certains établissements s’appuient sur les technologies existantes, mises à disposition par les géants de la Tech américaine, quand d’autres n’hésitent pas à investir pour développer leur propre assistant vocal.

Outre-Atlantique, la tendance est déjà bien présente et en passe de s’accélérer.

"8 % des adultes américains recourent aujourd’hui à la commande vocale pour faire des emplettes, envoyer de l’argent à des amis ou payer leurs factures, une proportion qui devrait passer à 31 % d’ici 2022.", rapporte ainsi le magazine Usbek & Rica sur la base d’une étude BI Intelligence2.

1https://www.csa.fr/Informer/Collections-du-CSA/Thema-Toutes-les-etudes-realisees-ou-co-realisees-par-le-CSA-sur-des-themes-specifiques/Les-etudes-corealisees-avec-le-CSA/Etude-HADOPI-CSA-2019-Assistants-vocaux-et-enceintes-connectees

2https://usbeketrica.com/fr/article/assistants-vocaux-dans-la-banque

Crédit photo : Getty images