A lire dans la même thématique

Champagne !

Qu’il soit de grandes marques ou de vignerons confidentiels, le champagne a toujours la cote pour les fêtes. Nos meilleures bouteilles pour célébrer la fin d'année en beauté.

Et si notre obsession des promotions n’avait finalement qu’un but, rendre accessible la qualité ?

15 septembre 2016

La Rédaction

Prix cassés, bons plans et soldes variées peuvent bien se bousculer, les chiffres sont formels : un français sur deux privilégie la qualité au prix, et jusqu’à huit sur dix dans le domaine alimentaire.

La qualité, mais quelle qualité ?

Le terme vous semble vague ? Sachez que selon les Français eux-mêmes, l’exigence de qualité concerne la fiabilité pour 93 % d’entre eux, l’efficacité pour 92 %, le goût pour 91 %, la sécurité pour 90 %, la durée de vie et le respect de l’environnement pour 87 %, ainsi que la facilité d’utilisation pour 81 %.

Français, la qualité avant tout

Focalisés sur le prix, les Français ? Que nenni ! Selon une étude récente du Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Crédoc) il s’agirait même précisément du contraire : 57 % des français déclarent privilégier la qualité au prix, quel que soit le secteur de consommation. Parmi les filières les plus surveillées, les consommateurs citent l’alimentation dans 78 % des cas, l’électroménager pour 71 % et la haute technologie pour 68 %.

Seule exception ? Les jeunes adultes, limités par un budget d’étudiant ou de jeune actif. Leurs aînés, quant à eux, ont trouvé la solution pour équilibrer le budget : près de 47 % des Français préfèrent rogner sur les frais bancaires ou les assurances, 44 % sur les équipements de loisirs et 35 % sur la téléphonie ou internet, domaines dans lesquels la qualité importe moins.

Payer plus cher l’alimentaire, un choix assumé

Entaché par les scandales à répétitions sur les conditions d’élevage ou les contaminations bactériennes, l’alimentaire est le domaine privilégié par l’exigence de qualité française. Résultat ? Le secteur doit aujourd’hui répondre aux 78 % des Français déclarant contrôler la qualité avant le prix. Près de 93 % d’entre eux se déclarent même prêts à payer plus cher pour des produits alimentaires plus fiables.

Stimulées par le déclin des petits prix sans garanties, les filières bio ou équitables profitent largement de ces nouvelles exigences. Labels, Indications ou Appellations Protégées rassurent (IGP, AOP), tant sur la qualité que sur le sérieux des produits. Une tendance qui ne devrait que s’accentuer au fil du temps, répondant aussi bien à un goût profondément français pour la qualité, qu’à un besoin grandissant face aux turpitudes du marché.

Crédit photo : julief514