• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    2,50% TAEG

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    Offre valable 14 novembre au 4 décembre 2016, réservée aux clients BforBank,
    pour toute demande de prêt personnel de 5 001 à 15 000€ entre 25 et 48 mois inclus.

    Vous remboursez 48 mensualités de 219,02, hors assurances facultative. Le montant
    total dû est de 10 512,96€. Le Taux Annuel Effectif Global (TAEG) fixe est de 2,50%.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Revenu de base : une solution pour le chômage ?

La Finlande devrait être le premier pays européen à expérimenter le revenu de base universel pour tous. Décryptage.

revenu de base

Appelée revenu de base,  allocation universelle, ou encore revenu inconditionnel d’existence, cette notion a été récemment remise sur le devant de la scène. Le gouvernement finlandais voudrait en effet  tenter l’expérience début 2016, en instaurant un revenu de base pour lutter contre la pauvreté et le chômage.

L’idée a fait son chemin depuis les élections législatives finlandaises d’avril 2015 où le dispositif faisait partie du programme électoral d’une majorité des candidats : la Finlande deviendrait  le premier pays européen à tenter l’expérience prévue pour le printemps 2016.

Mais que recouvre cette notion de revenu de base ?  Une allocation pour tous sans conditions, qui remplacerait tous les autres aides, allocations chômage, aides aux logements (APL), mais aussi pensions de retraite. Quels impacts ? Le débat reste ouvert…

Un revenu de base universel mais différents objectifs…

En quoi consiste ce revenu de base connu sous d’autres appellations comme "allocation universelle" ou encore "revenu inconditionnel d’existence" ? A verser mensuellement une somme d'argent à tous les membres d’une communauté, sans conditions, ni de ressources, ni de travail et tout au long de la vie. Ce dispositif qui est financé par l'impôt, vient alors remplacer tout ou partie des différentes prestations sociales existantes.

Les partisans du revenu de base s’appuient sur différents postulats : pour certains, la fragilisation de l’emploi salarié par la désindustrialisation et le numérique nécessite une adaptation. L’une des solutions proposées est le revenu universel. Le revenu de base ne devient-il pas, dans ce contexte, une proposition clef pour assurer au plus grand nombre la possibilité de travailler et d’entreprendre ?

Mais d’autres voient comme postulat de départ le fait que si la majorité des citoyens ont envie d’avoir un emploi, le fait  de bénéficier d’un tel revenu de base permettrait de choisir des activités librement consenties... Le revenu de base inconditionnel peut  permettre de se libérer de la contrainte de l’emploi en travaillant moins, en ayant donc davantage de temps tout en gagnant moins. Réduire sa durée de travail, consacrer davantage de son temps à sa famille, à créer sa propre entreprise, le travail tendrait à devenir un choix…

En France,  il ressort  d’un sondage IFOP (commandé par l’Opinion et I-Télé) publié en mai 2015 que six Français sur dix sont favorables à l'idée d'un revenu de base en France ".  Le Sénat a organisé à la même époque un colloque intitulé "le revenu de base : un levier de transformation sociale pour l’économie de demain”. De son côté, le Mouvement Français pour un Revenu de Base (MFRB) n’y voit pas « un outil de lutte contre le chômage mais un moyen de libérer le travail » où « les premiers bénéficiaires seraient les personnes déjà intégrées dans le marché du travail, qui pourraient décider de travailler moins ou mieux. »

Un stade expérimental

A ce jour il n’y a eu que quelques expérimentations « menées au Canada, en Alaska ou plus récemment en Namibie, qui ont présenté un bilan globalement positif ». Mais aucun État ne l’a encore institué à ce jour.

Le revenu de base est également au programme de Podemos en Espagne et du parti social-libéral D’66 aux Pays-Bas. Par ailleurs, la Suisse va lancer un référendum d’initiative populaire sur le sujet l’année prochaine.

Mais l’expérience Finlandaise devrait constituer une première en Europe. Le gouvernement de centre droit finlandais voudrait tester cette idée d'une allocation de base pour tous les citoyens du pays, sans distinction d'âge, de situation sociale ou de santé afin de lutter contre la pauvreté. L'expérimentation devrait avoir lieu au début dans une région du pays marquée par un taux de chômage important et devrait commencer au printemps 2016.

Un salaire minimum remplacerait alors toutes aides sociales en vigueur : aides au logement, aux études, au chômage mais aussi pensions de retraite.

79% des Finlandais favorables au revenu de base

En début d’année un sondage a conclu que 79% des Finlandais seraient pour la mise en place d’un revenu de base si celui-ci « garantissait le minimum vital, réduisait la bureaucratie et encourageait le travail et l’entrepreneuriat ».

Dans les détails des chiffres, si le soutien a été le plus fort parmi les jeunes et les retraités, même les citoyens les plus aisés sont pour. Seuls les agriculteurs ont montré leur réticence avec seulement 15 % d'adhésion.

Sans entrer dans les détails du dispositif, dont le montant reste à déterminer, le gouvernement finlandais considère qu’il s’agit d’un instrument approprié pour lutter contre la pauvreté. Il s’agirait bien d’un revenu inconditionnel puisque tous les citoyens auraient le droit de recevoir le même revenu de base, sans qu’entrent en ligne de compte l’âge, leur état de santé ou les circonstances sociales. Et en bonus une grosse économie à la clé : avec une seule allocation à gérer, il faudrait moins de fonctionnaires…