BforBank
Vous détenez déjà un contrat d’assurance-vie ? Saviez-vous qu’il peut être judicieux d’en détenir plusieurs ?

Vous ne pouvez détenir qu’un livret A, un LDDS ou encore un seul PEA et PEA-PME, mais vous pouvez détenir autant de contrats d’assurance-vie que vous souhaitez. Quel est l’intérêt d’ouvrir plusieurs contrats ? De nombreuses raisons plaident en faveur de la multi-détention : patrimoniales, fiscales, de gestion ou de tarification.

Pourquoi ouvrir un contrat par projet ou par bénéficiaire ?

Un contrat d’assurance-vie peut être destiné à financer un projet déterminé. Mais vous pouvez avoir plusieurs projets de nature diverse, aux horizons de placement plus ou moins longs. Préparer un projet immobilier ou financer les études de vos enfants seront des projets à plus brève échéance que celui de préparer votre retraite ou la transmission de votre patrimoine.

Ouvrir un contrat consacré à un seul projet dont l’horizon de placement lui sera adapté peut se révéler judicieux en termes de choix de supports de gestion. L’allocation, les arbitrages éventuels et le profil de risque du contrat seront fonction du projet qui s’y rapporte.

Personnaliser la gestion d’un contrat d’assurance-vie en fonction des besoins du ou des bénéficiaire(s) désigné(s) peut également s’avérer opportun. On peut bien sûr désigner plusieurs bénéficiaires par contrat, mais l’option d’un contrat par bénéficiaire peut répondre à un souhait de discrétion afin que chacun ignore ce qui est attribué aux autres.

Ouvrir un nouveau contrat d’assurance-vie pour ses caractéristiques de gestion

D’autres motivations peuvent vous conduire à opter pour un nouveau contrat d’assurance-vie : l’attrait de la diversité de l’offre, la disparité des performances des fonds Euro ou des unités de compte (UC). Vous conservez votre ancien contrat - pour son antériorité fiscale ou son ancien régime plus favorable -  et portez votre choix sur un nouveau produit aux caractéristiques de supports ou choix d’options de gestion correspondant davantage à vos besoins actuels.

Un meilleur rendement du support en euros, une gamme d’UC plus étendue, des frais de gestion ou sur versement moins élevés (les banques en ligne proposent des versements sans frais), l’accès à un mandat de gestion, voilà autant de raisons qui peuvent vous décider à changer de contrat pour vos futurs versements.

Retraits : comment les optimiser fiscalement ?

Cette raison est sans doute la plus prégnante au vu des réformes fiscales successives de ces dernières années. Détenir plusieurs contrats d’assurance-vie offre la possibilité de choisir en priorité celui qui permettra le retrait partiel fiscalement le plus intéressant. Une simulation vous permet notamment :

  • d’optimiser la base taxable, en retirant sur le contrat sur lequel la plus-value est la plus réduite,
  • de privilégier un retrait sur un contrat d’assurance-vie dont les performances vous déçoivent ou sur lequel le régime fiscal est optimal, autrement dit, après 8 ans de détention,
  • d’éviter d’effectuer un retrait sur un contrat au régime de transmission plus favorable que les autres.

Avec l’instauration en 2018 du prélèvement forfaitaire unique ou PFU à 30 % (dont 12,80 % au titre de l’impôt sur le revenu) applicable aux gains sur les versements effectués depuis le 27 septembre 2017, ouvrir un nouveau contrat d’assurance-vie permet d’éviter un mélange des fiscalités et donc un suivi plus lisible. Il ne faut cependant pas oublier que l’ouverture de tout nouveau contrat suppose le départ à zéro d’un compteur fiscal pour la durée de détention.

Pourquoi ouvrir un nouveau contrat d’assurance-vie pour les versements après 70 ans ?

L’assurance-vie continue à présenter des atouts pour la transmission lorsque l’on effectue des versements après 70 ans. Mais le régime fiscal est alors très différent, et assez complexe. Il peut donc être judicieux de leur consacrer un nouveau contrat.

Pour rappel, pour les versements effectués après 70 ans, seule la part des primes versées aux bénéficiaires qui excède 30 500 euros est soumise aux droits de succession (le barème est fonction du lien de parenté entre le souscripteur décédé et le bénéficiaire). De plus, la totalité du montant des gains est exonérée, ce qui peut constituer un avantage non négligeable sur la durée.

Limiter les risques avec plusieurs garanties des dépôts

Certains épargnants peuvent vouloir multiplier les contrats d’assurance-vie ou plus exactement les assureurs afin de profiter plusieurs fois de la garantie au cas où un établissement connaitrait des difficultés.

Pour rappel, le montant garanti par le FGAP (Fonds de Garantie des Assurances de Personnes) pour les sommes placées en assurance-vie s’élève à 70 000 € par personne, pour tous les contrats détenus chez un même assureur.

Et comme tout évolue, vos projets, vos besoins, mais aussi l’offre et surtout le régime fiscal de l’assurance-vie, de nombreuses raisons peuvent vous conduire à vouloir souscrire plusieurs contrats.