• Compte Bancaire
    Jusqu'à 120€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire et d’un Livret d’épargne BforBank jusqu'au 18 octobre 2017

    80€ offerts* pour votre Compte Bancaire BforBank
    + 40€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank

    *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 40€ offerts* sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/01/2018.
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 18 octobre 2017.
    *Voir conditions de l'offre

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 09 novembre 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garanties en capital. 
    *Offre soumise à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 décembre 2017 et 80€ offerts

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un compte-titres, 
    d'un PEA et/ou d'un PEA-PME jusqu'au 09 novembre 2017* 
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    80€ offerts
    et 1 000€ de courtage remboursés *

    jusqu'au 31/12/2017 pour une 1ère ouverture
    ou transfert d'un compte-titres, d'un PEA
    et/ou d'un PEA-PME jusqu'au 09 novembre 2017

    *Offre soumise à conditions

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

  • Crédit immobilier
  • Le Mag
 
BforBank
Compte tenu du contexte de taux bas : faut-il diversifier mon contrat d’assurance-vie en m’orientant vers des unités de compte (UC) ? Et si oui, dans quelle proportion ?

Les fonds en euros dans le contexte de taux bas

Le grand succès de l’assurance-vie - plus de 1 500 milliards d’encours - s’explique en grande partie par celui des fonds en euros. Ces derniers se caractérisent par une garantie en capital et une disponibilité de l’épargne. Mais l’environnement s’est profondément modifié ces dernières années. Et, dans un contexte de taux très bas les épargnants doivent se satisfaire de rendements en continuelle baisse.

En 2013, les rendements étaient en moyenne de 2,8% ; en 2014 les fonds euros devraient offrir un rendement moyen d’environ 2,5%. Pour 2015, certains avancent déjà des rendements encore plus pessimistes : autour de 2%.

Après prélèvements sociaux - et en tenant compte de l’inflation -, certains épargnants détenteurs de fonds euros doivent se contenter de taux nets réels proches de 1% - sans parler du rendement obtenu après le passage de l’ISF pour les contribuables qui y sont soumis…

Les épargnants devraient continuer à se réorienter vers les unités de compte

Parmi les détenteurs de fonds en euros, nombreux sont ceux qui, restant attachés en premier lieu à la garantie du capital, ne veulent pas s’orienter davantage vers des unités de compte. Ils se verraient alors obligés d’abandonner la garantie du capital sur une partie de leurs avoirs.

Pour ceux qui ont déjà franchi le pas, de nombreux contrats leur offrent une gamme plus ou moins étendue d’unités de comptes (UC), qui leur permettent d’accéder à une diversification via des actions ou encore de l’immobilier dans l’espoir de meilleurs rendements sur la durée.

Depuis plusieurs mois, les professionnels ont observé que les nouveaux versements réalisés par les épargnants montraient une progression de la proportion d’Unités de compte (UC). Pour autant, si les épargnants ont commencé à se réorienter vers les UC pour faire face à la baisse de rendement de leurs fonds en euros, leur proportion reste très minoritaire : 17,2% au 1er trimestre 2014.

Unités de compte ne signifie pas toujours risque élevé

Si votre horizon de placement et votre profil de risque le permettent, les unités de compte ont pour but de doper la performance de votre contrat sur la durée. Mais ce choix a un prix : l’absence de toute garantie et une volatilité plus ou moins importante selon les supports choisis.

Comme c’est le cas pour une Sicav ou un Fonds commun de placement, une unité de compte peut correspondre à différentes classes d’actifs : des actions, des obligations mais aussi des supports monétaires. Les unités de compte peuvent ainsi correspondre à différents niveaux de risques.

Il vous est donc tout à fait possible d’améliorer la performance de votre contrat sur la durée sans prendre nécessairement des risques excessifs. Comment procéder ? Soit par arbitrage sur votre épargne, soit par un rééquilibrage lors d’un prochain versement que vous concentrerez sur des unités de compte.

Comment effectuer le bon dosage ?

Investir sur des unités de compte, nécessite pour l’investisseur d’accepter une certaine volatilité et des fluctuations à la baisse...

Pour effectuer le bon dosage, vous devez d'abord vous interroger sur votre horizon de placement et votre objectif tout en prenant en compte votre âge. En fonction des réponses que vous obtiendrez, vous opterez pour une proportion plus ou moins importante dédiée à cette diversification. Au sein de cette même poche, vous pourrez également sélectionner des produits plus ou moins risqués.

Une fois l’allocation effectuée, vous pourrez la faire évoluer dans le temps en fonction de vos objectifs, des marchés etc.

Selon les contrats, plusieurs solutions - aux appellations parfois diverses - s’offrent aux souscripteurs en fonction de leur profil. Par opposition à la gestion sous mandat, la gestion libre suppose que l’épargnant soit capable de « réagir à bon escient face aux évolutions des marchés financiers ».

  • Les différents profils de gestion à sélectionner par le souscripteur sont :
  • le profil prudent ou sécurité, majoritairement composé de produits obligataires et monétaires ;
  • le profil équilibre, qui ménage un équilibre entre sécurité (produits obligataires et monétaires) et rentabilité (actions) ;
  • le profil dynamique ou offensif, qui privilégie l'investissement en actions.

Pour les épargnants qui auraient un horizon de placement court - avec par exemple un investissement immobilier en vue - les fonds en euros restent le meilleur support envisageable.