• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Bourse : faut-il opter pour un fonds à dividende ?

Le temps semble propice aux fonds investis dans des actions offrant un rendement élevé. Ces derniers promettent de coupler revenu régulier et performance. Est-ce vraiment le cas ?

Bourse : faut-il opter pour un fonds à dividende ?

Miser sur les actions offrant un niveau de rendement élevé et pérenne : c'est ce que proposent les fonds à dividende. Même si la chute de la bourse les affecte, ils paraissent mieux que leur indice de référence. De là à susciter un effet de mode ? Selon une étude menée par BlackRock (1), 40 % des sélectionneurs de fonds estiment que leur établissement financier va se renforcer sur ce type d'actifs. Parallèlement, les annonces se succèdent autour de cette stratégie. Ainsi, BlackRock a récemment ouvert au public un fonds en actions européennes (BGF European Equity Income Fund). Groupama AM vient aussi de se lancer (G Fund European Equity High Dividend), dans un premier temps auprès des investisseurs professionnels, mais le fonds devrait prochainement être accessible aux particuliers. Que proposent exactement ce type de fonds ? Et comment les choisir ? Revue de détail.

Quel est le principe ?

Ce type de fonds est composé d'actions d'entreprises versant régulièrement un dividende, c'est à dire une part de leur bénéfice. Avec une bourse en petite forme, choisir des actions qui rapportent un revenu régulier peut faire sens. Certains fonds permettent, comme pour une détention de titres en direct, de toucher ces dividendes une à deux fois par an. D'autres, à l'inverse, les capitalisent et les reversent à l'investisseur au moment où il souhaite se retirer.

Ont-ils résisté au krach estival ?

Les valeurs de rendement sont réputées " défensives ", car elles disposent de revenus réguliers sur des marchés déjà très mûrs (télécoms, services aux collectivités...). Cela les rend moins dynamiques quand l'économie repart. Les fonds misant sur ces valeurs n'ont pas échappé à la correction de l'été, mais ont mieux résisté que l'indice. A l'image, de Delubac Dividendes Europe (-8% depuis le début de l'année, contre -18% pour l'Euro Stoxx 50) ou encore de Tocqueville Dividende (-13% depuis début 2011, contre -20% pour le CAC 40).

Ces fonds sont-ils risqués ?

Les fonds à dividendes promettent de connecter l'investisseur à des rendements parfois élevés (entre 7 et 11% selon les valeurs). Mais, dans ses choix, le fonds doit s'assurer que ce rendement sera pérenne, voire augmentera dans le temps. Autre point d'attention : présenté comme défensif un fonds seulement basé sur des valeurs de rendement se comporte un peu moins bien que les indices action en cas météo boursière au beau fixe. Enfin, malgré ce profil défensif, il s'agit tout de même d'investir en actions, ce qui reste a priori plus risqué qu'une obligation si l'on recherche simplement du rendement.

Quelles sont les conditions ?

Ce type de fonds est facilement accessible, dès 100 euros (par exemple chez Delubac Dividendes Europe), avec éventuels droits d'entrée et frais de gestion (entre 1,5 et 2,5%). On peut facilement et à tout moment revendre ses parts en cas de besoin (avec parfois commission de sortie), mais les gérants recommandent de conserver ce produit de trois à cinq ans au moins.

Quel critère de choix ?

Il existe à peine une trentaine de fonds actions européennes spécialisés sur les hauts dividendes. Comme ils suivent peu ou prou les mêmes principes -au moins dans les discours -ils risquent de se ressembler. Pour les distinguer, il y aura des précautions à prendre. Tout d'abord, s'assurer que la sélection de valeurs est bien cohérente. Cela passe par la diversité des secteurs choisis (pour ne pas avoir uniquement les sempiternels télécoms et services aux collectivités). Ensuite, par le choix des entreprises, décrit dans la brochure du fonds : ce dernier ne doit pas être uniquement basé sur la hauteur du dividende (qui peut être exceptionnel) mais sur sa pérennité.

(1) étude réalisée auprès de 600 sélectionneurs de fonds (ces derniers sont chargés d'évaluer les fonds dans lesquels l'établissement pour lequel il travaille sont susceptibles d'investir) et de conseillers en investissement européens.

Edouard LEDERER