• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 27 avril 2017 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/07/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 27 avril 2017
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    150€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 27 avril 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital. 
    *Offre soumise à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 30 juin 2017 et 50€ offerts

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un compte-titres, 
    d'un PEA et/ou d'un PEA-PME jusqu'au 02 mai 2017* 
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    50€ offerts *
    et 1 000€ de courtage remboursés *

    jusqu'au 30/06/2017 pour une 1ère ouverture
    ou transfert d'un compte-titres, d'un PEA
    et/ou d'un PEA-PME jusqu'au 02 mai 2017

    *Offre soumise à conditions

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

     

  • Crédit immobilier
  • Mag

Tout ce que vous devez savoir sur les Fonds Communs de Placement (FCP)

Les fonds communs de placement – FCP – occupent une place grandissante dans le paysage de l’épargne des Français. Rappel de leurs principales caractéristiques.

banniere-fiche-OPCVM.png

Les Fonds Communs de Placement : définition

Juridiquement, le FCP a le statut d’une copropriété de valeurs mobilières : actions, obligations ou instruments monétaires. Il n’a pas de personnalité morale. Qu’ils soient institutionnels ou particuliers, les investisseurs disposent d’un droit de copropriété proportionnel au nombre de parts qu’ils possèdent.

Le FCP émet des parts à proportion des souscriptions. Son actif varie non seulement en fonction des entrées et des sorties de capitaux, mais également selon les évolutions des marchés dans lesquels le fonds est investi. Les FCP et les Sicav (sociétés d’investissement à capital variable) constituent l’univers des organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM).

Quel est l'intérêt des FCP  ?

Pour les investisseurs, les FCP offrent un certain nombre d’avantages. Les fonds étant gérés par des professionnels, les porteurs de parts sont déchargés de tout souci de gestion.

Les gérants peuvent affiner leur pilotage en ayant – pour les fonds les plus risqués – la possibilité d’avoir une poche de cash plus ou moins étoffée, d’une part, et celle de couvrir les portefeuilles, d’autre part, en vue de limiter l’éventualité d’un recul des cours. Enfin, les fonds donnent accès à des expertises et à des stratégies dont les particuliers ne pourraient pas tirer parti sans les supports d’investissement collectif : gestion indicielle, quantitative ou alternative, par exemple. De même, certains marchés, comme ceux de la dette émergente ou des petites valeurs japonaises, sont difficiles, voire impossibles, à pratiquer pour un épargnant individuel.

La classification des Fonds Communs de Placement

La classification de l’Autorité des marchés financiers (AMF) revêt un caractère officiel : actions, obligations, convertibles, monétaire, gestion alternative, fonds à formule, diversifiés. Mais il en existe d’autres, beaucoup plus détaillées, comme celles qu’utilisent Morningstar et EuroPerformance, deux spécialistes de l’évaluation des OPCVM. Les classifications ne sont pas figées.

La liquidité des FCP

Un FCP est en général valorisé au moins hebdomadairement, habituellement le jeudi ou le vendredi. Cela permet aux souscripteurs de procéder aisément à un achat de parts et aux détenteurs de parts de pouvoir vendre tout ou partie d’une position sans que leur capital ne soit bloqué trop longtemps. Nombre de fonds sont valorisés quotidiennement. La procédure est systématique quand les actifs excèdent 80 millions d’euros. Cela facilite encore davantage les entrées et les sorties. Le principe d’une cotation n’a pas été retenu par les autorités, à l’exception notable des Exchange Traded Funds (ETF), ou trackers, qui, eux sont des fonds indiciels cotés en Bourse. Pour la majorité des FCP, il y a donc une valeur liquidative publiée chaque jour ou chaque semaine, selon les cas.

Les frais liés aux FCP

Les frais se décomposent entre les commissions de souscription (plus, mais rarement, les commissions de rachat) et les frais de gestion annuels. Ces derniers sont prélevés directement dans les portefeuilles. Suivant les catégories, les frais sont plus ou moins importants.

Pour les fonds monétaires, les frais de gestion sont très faibles (maximun 1 %, généralement moins de 0,3 %). Et, compte tenu de la modicité des rendements, l’idéal est de ne pas avoir à supporter de droit d’entrée.

Pour les fonds obligataires, les frais de gestion peuvent couramment atteindre 1 % et les droits d’entrée sont raisonnables lorsqu’ils ne dépassent pas 2 ,5 %. Pour les fonds actions et diversifiés, les frais de gestion tournent autour de 2 %, tandis que les droits d’entrée peuvent s’élever à 3,5 %. A cela, il convient parfois d’ajouter une commission de surperformance, calculée par rapport à la variation d’un indice. Bien qu’elle soit indolore pour le porteur, puisqu’elle est débitée en amont (comme les frais de gestion), cette commission n’en minore pas moins la performance.

La fiscalité des FCP

La fiscalité des FCP est la même que celles des valeurs mobilières, en vertu du principe de transparence fiscale entre la gestion en direct et la gestion intermédiée. Les enveloppes fiscales de l’assurance-vie (unités de compte), du plan d’épargne en actions (PEA) et de l’épargne d’entreprise permettent, sous certaines conditions de durée, d’annuler l’impact de la fiscalité, mais pas d’échapper au cumul des prélèvements sociaux (qui, actuellement, est de 15,5 %).

Les épargnants ont le choix entre le régime de la distribution des revenus et celui de la capitalisation des dividendes d’actions ou des intérêts obligataires.

Trouver de l'information sur les Fonds Communs de Placement

Pour s’informer ou suivre les évolutions concernant tel ou tel fonds, il faut visiter les sites des gestionnaires – filiales de banques ou de compagnies d’assurances, sociétés entrepreneuriales ou enseignes étrangères – ou ceux des intermédiaires financiers. La lecture du DICI – document d’information clé pour l’investisseur – est indispensable pour prendre une décision « éclairée ». En deux pages, ce document synthétique, standardisé, rédigé dans la langue du pays de commercialisation, contient l’essentiel : objectif et politique d’investissement, risque (sur une échelle de 1 à 7), performances (histogramme) et coûts (tableau).

Choisir un Fonds Commun de Placement

Pour sélectionner un FCP, il ne faut pas prioritairement regarder les frais ni la fiscalité. Il faut d’abord s’interroger sur l’horizon de placement et sur la graduation du risque de perte théoriquement encouru.

Si vous investissez à court terme (de quelques mois à deux ans), il convient de choisir des produits à risque en capital nul ou faible, comme les fonds monétaires ou les fonds obligataires investissant dans la partie courte de la courbe des taux d’intérêt.

Si vous investissez à moyen terme (entre deux et cinq ans), vous pouvez opter pour des fonds obligataires traditionnels, des fonds diversifiés ou des fonds dits « flexibles.

Si vous investissez pour de longues durées (cinq ans et plus) et sii vous pouvez accepter de prendre un risque actions plus prononcé, de manière à espérer obtenir une performance plus intéressante. Pour reprendre ces trois exemples, la hiérarchie des rendements s’échelonnera, par hypothèse, entre 0 % et 2 %, entre 2 % et 4 % et entre 4 % et 8 %, en moyenne annuelle.

Les différents FCP

Il existe plusieurs types de fonds. Les uns, à savoir les fonds de fonds, les fonds à compartiments, les fonds maîtres-nourriciers, les trackers ou, pour les personnes qui peuvent y avoir droit, les FCPE (fonds commun de placement d’entreprise) ne sont pas plus risqués que les fonds à vocation générale classiques ou les fonds couramment achetés.

Les autres variantes, c’est-à-dire les FCIMT (fonds communs d’intervention sur les marchés à terme), les FCPR (fonds communs de placement à risques), les FCPI (fonds communs de placement dans l’innovation) ou encore les FIP (fonds d’investissement de proximité) présentent des risques beaucoup moins identifiables et relèvent d’ailleurs d’une fiscalité spécifique.

Performances des Fonds  communs de placement

Les performances sont très variables selon les catégories et selon les années. Ne jamais oublier que les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.

Avant d'investir, n'hésitez pas à consulter le mémento de l'investisseur.