• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Les origines de l'Investissement socialement responsable (ISR)

On fait généralement remonter les origines des fonds éthiques, et donc celles de l'ISR, dans les pratiques des communautés religieuses américaines du XVIIIème siècle.

Investissement socialement responsable (ISR)

L'investissement éthique a connu une nouvelle expansion dans les années 1970 dans le contexte de guerre du Vietnam et de dégradation de l'environnement. Si l'Investissement Socialement Responsable (ISR) a d'abord été réservé aux congrégations religieuses, son développement a rapidement entrainé l'émergence d'une classe entière de professionnels spécialisée dans ce type d'investissements.

Les origines de l'ISR aux Etats-Unis

Pour retrouver les origines de l'Investissement Socialement Responsable, il faut remonter au XVIIIème siècle, aux Etats-Unis, où les membres d'un mouvement religieux, appelés Quakers en ont été les précurseurs. Les Quakers fixaient des règles sociales qui tranchaient avec les habitudes de l'époque, l'attention étant portée sur les conditions de vie de leurs salariés, sur la sécurité et l'hygiène. Ils prônaient la rigueur morale, associée à une pratique rigoureuse de la solidarité.

En fait la pratique du filtrage des sociétés selon l'approche de l'exclusion a véritablement pris son essor au début du XXe siècle sous l'impulsion de congrégations religieuses américaines qui interdisaient à leurs membres d'investir dans des sociétés d'armes, d'alcool, de tabac, jeux de hasard, etc.

Les premiers fonds ISR américains

Les premiers fonds étaient plutôt des fonds d'exclusion tels que le Pioneer Fund, créé en 1928. Ces fonds, mis en place pour les investisseurs membres de groupes religieux, proposaient de répondre aux préoccupations morales de ces communautés qui refusaient de détenir un portefeuille de titres qui avait trait au tabac, aux jeux ainsi qu'à la pornographie.

L'Investissement Socialement Responsable va ensuite émerger au sein de la société civile. Il faudra attendre la fin des années 60, pour que les finances éthiques sortent de cet univers puritain, pour aborder des questions ouvertement politiques comme la libération de la femme, les droits des minorités, l'écologie.

Le premier fonds ISR de l'économie moderne remonte ainsi à 1971 avec le lancement, toujours aux Etats-Unis du Pax World Fund. Accessible aux investisseurs particuliers, ce fonds était créé à l'origine pour investir dans les entreprises non liées à l'armement (en excluant notamment les sociétés impliquées dans la guerre du Vietnam).

Les premiers fonds ISR en Europe

En Europe et plus particulièrement en France, il faut remonter à 1983 pour retrouver la première expérience de ce type, avec le lancement par le CCFD (Comité catholique contre la faim et pour le développement) et le Crédit Coopératif du premier fonds commun de placement de partage, appelé Faim et développement. Une partie des revenus de ce fonds est réservée à la création d'entreprises dans le tiers-monde.

Parallèlement, la Société Meeschaert Asset Management créait le premier fonds commun de placement éthique dont l'objet était de proposer aux investisseurs, particuliers ou institutionnels, des placements boursiers "respectueux de la place de l'homme". Les indicateurs retenus étaient conformes aux valeurs défendues par l'association " Ethique et Investissement ", présidée par Soeur Nicole Reille. " Ces valeurs, précisait-t-elle, permettent d'investir des fonds en accord avec celles d'une congrégation, à savoir les droits de l'Homme, le respect et le développement de la personne qui entraîne la stratégie sociale de l'entreprise et les modes d'implantation dans les pays du tiers-monde ".

Les premiers Indices ISR

Parallèlement au développement de ces fonds, sont apparus des indices ISR.

Le premier indice boursier éthique mondial, le Domini Social Index (DSI), voit le jour en 1990 et est composé de 400 valeurs de grandes firmes sélectionnées sur la base de leurs performances sociales, environnementales et éthiques. Ses critères d'exclusion sont notamment : le nucléaire, l'armement, les armes à feu, les jeux d'argent, l'alcool et le tabac.

Créés en 1999, les indices DJSI (Dow Jones Sustainability Index Stoxx et Dow Jones Sustainability Index World du New York Stock Exchange) ont été ensuite les premiers indices mondiaux à rassembler les sociétés performantes en matière de développement durable.

On citera également : - ASPI Eurozone (Euronext) , - FTSE4Good (London Stock Exchange).

Ainsi l'histoire de l'ISR se caractérise par l'apparition dans un premier temps, de fonds éthiques, privilégiant le moralisme et consacrant une approche d'exclusion. Le critère de sélection des entreprises s'est ensuite élargi et déplacé vers les pratiques sociales, environnementales et de gouvernance. Pour marquer ce déplacement, on a parlé ainsi de fonds " socialement responsables " et non plus essentiellement de fonds éthiques.

Réservé dans un premier temps aux investissements des membres des congrégations religieuses, le développement de l'investissement socialement responsable, a rapidement évolué vers une ouverture aux investisseurs particuliers, grâce à l'émergence d'une classe entière de professionnels spécialisée dans ce type d'investissement.