A lire dans la même thématique

Pourquoi la banque en ligne est faite pour vous ?

Vous hésitez à devenir client de banque en ligne ? Nous vous aidons à y voir plus clair et à casser vos idées reçues.

Le Gouvernement a décidé un étalement de la baisse des cotisations salariales destinée à donner du pouvoir d’achat aux salariés. Impact.

Contraintes budgétaires obligent, le Gouvernement a annoncé un étalement de la mesure destinée à donner du pouvoir d’achat aux salariés, prévue initialement en janvier 2018. La suppression totale des cotisations sociales maladie et chômage aura finalement lieu en deux étapes, au courant de l’année 2018, alors que parallèlement la hausse de la CSG serait effective dès le 1er janvier.

Dans l’attente de précisions sur les modalités exactes de l’étalement de la mesure, quel devrait être l’impact de ce nouveau calendrier pour les bénéficiaires ?

La baisse des cotisations sociales, en deux temps

Parmi les mesures phares du programme d’Emmanuel Macron figurait la suppression de deux cotisations salariales : la cotisation chômage (2,4 %) et la cotisation maladie (0,75 %) réglées par le salarié, pour un total de 3,15 points.

Mais le Gouvernement a annoncé que la mesure initialement prévue pour prendre effet le 1er janvier 2018 ferait finalement l’objet d’un étalement dans le temps. Elle se fera en deux étapes, la première prévue pour janvier et la deuxième courant 2018 et aboutissant à une suppression totale de ces deux cotisations.

La hausse de la CSG est destinée au financement de cette mesure qui selon des modalités qui restent à préciser bénéficiera également à certaines catégories d’artisans, commerçants et professions libérales.

Hausse de la CSG dès janvier 2018

La baisse totale des cotisations devait donc être appliquée initialement au 1er janvier 2018, en même temps que la hausse de la CSG.

Pour rappel, cette hausse de 1,7 point de la CSG ne doit pas concerner les retraités modestes, qui sont exonérés de CSG ou ceux qui sont soumis à un taux réduit, ni les allocations touchées par les chômeurs. En conséquence les français les plus impactés seront les autres retraités ou les contribuables qui perçoivent des revenus du capital.

Des modalités qui restent à préciser

L’objectif du Gouvernement reste celui de donner un gain de pouvoir d'achat notamment aux salariés. Si les modalités de l’étalement de la mesure restent à préciser, le gouvernement souhaite que les salariés et les indépendants bénéficient dès janvier 2018 d’un gain de pouvoir d’achat, même si il est réduit par rapport aux annonces précédentes.

Si la date de la suppression totale de ces cotisations n’est pas définie, la réforme sera bien appliquée en totalité avant fin 2018, a précisé le Gouvernement.

Impact budgétaire

Concrètement l’application en deux temps de la baisse des cotisations sociales permettra de faire bénéficier les caisses de l’état dès janvier de la hausse de la CSG et pendant au moins quelques mois de la fraction des cotisations maladie et chômage qui ne seront supprimées que quelques mois plus tard au courant de 2018.

Pour le salarié, le bénéfice sur sa fiche de paie serait donc limité en janvier 2018. Il devrait attendre plusieurs mois (à l’automne) avant de voir l’impact réel.

Pour rappel, selon le calcul de Bercy, pour une personne au SMIC, le gain sur année pleine serait de 258 euros.

Crédit photo : william87