A lire dans la même thématique

Qu’est-ce que la taxonomie verte ?

Une nouvelle réglementation européenne établit un classement des activités vertes. Un moyen d’orienter les flux d’investissement vers les secteurs qui portent des valeurs environnementales.

Qu’est-ce qu’une banque verte ? On passe en revue les principaux traits caractéristiques d’une banque verte ou banque durable.

20 avril 2022

Une banque verte est une banque qui cherche, au-delà du profit financier, à contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique. Même si cette liste n’est pas exhaustive, une banque verte possède a minima ces caractéristiques principales.

Limiter son empreinte carbone en tant qu’entreprise

Une banque est une entreprise comme une autre. Elle peut donc prendre diverses mesures pour limiter l’empreinte carbone liée à son organisation et son fonctionnement, au même titre que les entreprises d’autres secteurs. Une banque verte peut ainsi promouvoir une mobilité plus durable auprès de ses salariés (mise à disposition d’une flotte de vélos électriques, formation à l’écoconduite…), développer une politique de zéro gaspi en restauration collective ou encore sensibiliser à la réduction de l’usage du papier dans l’entreprise.

Financer la transition écologique et énergétique 

Une banque propose divers instruments financiers. Elle est donc en capacité d’orienter les flux financiers vers le financement d’initiatives responsables et d’actions vertueuses. Les instruments en question sont extrêmement variés, s’adressant aux investisseurs débutants ou plus aguerris, particuliers ou institutionnels. 

Parmi eux, on peut citer le livret développement durable et solidaire (LDDS), les fonds labellisés ISR ou distingués par un autre label ou encore les obligations vertes. Peu accessibles aux particuliers, ces dernières fonctionnent comme des obligations classiques et sont émises par des investisseurs institutionnels, des banques, des entreprises ou même des pays.

S’inscrire comme un acteur de proximité

En soutenant l’économie locale et présentielle, une banque peut jouer un rôle clé dans l’équilibre de l’écosystème territorial. « Avec 2 678 Mds€ d’encours de crédits à l’économie à fin juin 2020, en progression de 8,2% sur un an et de 54% depuis 2008, le poids des banques est fondamental dans l’accompagnement de tous les acteurs économiques sur le terrain : TPE, PME, ETI, collectivités  locales... », rappelle ainsi la Fédération bancaire française (FBF) dans un document de référence de 2020.  Or, le maintien d’une économie de proximité fait partie intégrante du verdissement de l’économie.

Sensibiliser et informer ses clients 

S’engager pour la planète, c’est également sensibiliser ses parties prenantes – en premier lieu, ses clients – aux enjeux du développement durable. Plusieurs canaux d’information et de communication peuvent être mobilisés : campagnes d’emailing, média en ligne, affichage…

La démarche d’une banque verte n’est pas seulement de prendre des engagements pour soi-même. Elle consiste aussi à embarquer ses clients dans une dynamique positive de transformation.

1 https://www.fbf.fr/uploads/2021/05/FBF-Banque-territoires-2020-1.pdf

Crédit photo : Getty Images