A lire dans la même thématique

Quel calendrier pour le paiement des retraites 2023 ?

La date de paiement de la pension de retraite n’est pas la même selon le régime de retraite dont vous dépendez. Le versement peut avoir lieu en fin de mois ou en début de mois suivant.

Des caractéristiques des produits vendus aux modes de livraison, en passant par les infrastructures techniques, l’impact environnemental du e-commerce n’est pas négligeable.

15 décembre 2022

La Rédaction

L’impact du e-commerce sur l’environnement peut se mesurer à plusieurs niveaux.

E-commerce : un impact environnemental varié

Tout d’abord, comme dans la distribution classique, les e-marchands n’ont pas toujours la vision complète sur le processus de fabrication des produits qu’ils proposent. Matières non recyclables, émissions polluantes des usines : différents facteurs peuvent venir accroître l’empreinte carbone des ventes en ligne.

Ensuite, les data centers utilisés par les sites de e-commerce – mais aussi par les moteurs de recherche utilisés par les internautes pour trouver des produits – sont souvent énergivores. Ces serveurs fonctionnent en continu et exigent d’importantes capacités de refroidissement, occasionnant le plus souvent des consommations énergétiques importantes.

Enfin, les transports de marchandises et le recours abondants aux emballages – pas toujours correctement dimensionnés ou réutilisables – contribuent à accroître l’impact du e-commerce sur l’environnement.

Bon à savoir

Le e-commerce se développe sur tous les types d’appareils : desktop, tablette mais aussi mobile. Près d’1 consommateur sur 2 utilise quotidiennement sont téléphone pour acheter en ligne.

L’informatique durable, nouvelle priorité du commerce en ligne

Face à ces enjeux, les acteurs du e-commerce agissent concrètement. Le Green IT (ou informatique durable) s’impose désormais comme une nouvelle norme y compris pour les sites e-commerce. On parle ainsi parfois de Green Commerce. Une initiative qui se traduit par le développement d’architectures techniques plus sobres ou encore le recours à l’hébergement web vert (data centers fonctionnant grâce aux énergies renouvelables, partage de serveurs, systèmes de refroidissement à l’eau…).

Les usages en matière de livraison évoluent. Un rapport récent de France Stratégie recommande notamment d’« améliorer le bilan environnemental du commerce en ligne en réservant l’accès aux zones urbaines à des véhicules émettant moins de particules fines et de gaz à effet de serre (GES), dans des délais brefs adaptés au contexte local, avec un accompagnement adapté. » Livraison en point relais en zones urbaines, facturation distincte de la livraison, communication du bilan carbone de celle-ci au consommateur, choix entre plusieurs délais de livraison : plusieurs pistes sont évoquées qui devraient changer le visage du e-commerce à plus ou moins longue échéance.  

Un critère de choix pour les acheteurs ?

Cette évolution répond à une demande forte des consommateurs. D’après une étude Seven Senders, les frais de livraison ont par exemple perdu de leur importance en tant que critère de sélection d’une boutique en ligne. En moyenne, sur sept pays observés dont la France et l’Allemagne, la priorité accordée aux frais de port lors du choix d’un e-marchand est en baisse de plus de 10% entre 2021 et 2022.