A lire dans la même thématique

Dons de sommes d’argent à Noël : que faut-il savoir sur les présents d’usage ?

Effectuer un don d’usage au profit d’un proche, nécessite de s’entourer de certaines précautions.

En prenant sa retraite, Virginie - pharmacienne – a divisé ses revenus par cinq. Aujourd’hui, pour maintenir son niveau de vie, elle entame son capital.

15 juillet 2013

Trois questions à Virginie, 64 ans, de Lille (59). Pharmacienne, au sein d’un hôpital durant 10 ans avant de tenir sa propre officine pendant 30 ans, elle a pris sa retraite en 2010. Mariée avec un dentiste également à la retraite, mère de 2 filles de 40 et 42 ans, et grand-mère de 2 petits-fils de 8 et 10 ans, elle touche moins de 2 000 euros par mois.

  • Ancien salaire : 6 000 € mois.
  • Pension actuelle : 2 000 € mois.
  • Pension de son époux également retraité : 2 500 € mois.
  • Revenus fonciers : 0
  • Revenus financiers : 5 000 € an.
  • Patrimoine financier : + 100 000 €, environ, répartis sur différents livrets et comptes ainsi que des assurances vie.
  • Patrimoine immobilier : Important. Propriétaire de sa résidence principale et de nombreux appartements occupés par des locataires.

BforBank : Comment vous êtes-vous préparé pour votre retraite ?

Virginie : J’ai attendu d’en avoir marre. Quand vous travaillez sans trop prendre de vacances, à force de tirer sur la corde, vous vous sentez fatigué. Mais je ne me suis pas vraiment préparée. J’avais tous mes trimestres, c’est tout. Mais financièrement, je savais que ça se passerait mal ! (rires).

BforBank : Quelle est votre perte de revenus ?

Virginie : Quand vous divisez vos revenus par 5, ça ne peut pas bien se passer. Je m’y attendais. Je savais que c’était un choix.

Je fais en sorte d’annuler mes revenus fonciers en les réinvestissant dans l’immobilier. Je ne paye quasiment pas d’impôt sur le revenu mais je paye plus de 10 000 € d’ISF  - Impôt de Solidarité sur la Fortune. Je mange mon capital : mon patrimoine diminue.

Tant qu’il y en a un peu, on en prend. Quand il n’y en aura plus, on verra. Mais on ne fait pas de dépenses somptuaires. On essaie d’équilibrer. Malgré tout, on n’est plus à un âge où on a envie de diminuer son train de vie. J’avais une femme de ménage, je n’ai pas envie de m’en passer aujourd’hui que je suis à la retraite. Quand j’ai envie de prendre ma voiture, je ne veux pas être obligée de me demander combien ça va me coûter en essence.

BforBank : Quelles sont vos perspectives pour l’avenir ?

Virginie : Aujourd’hui, ça ne me ferait rien de reprendre une activité. En prenant ma retraite, j’ai eu besoin de décompresser pendant un ou deux ans. À présent, je me sens plus en forme que lorsque j’ai quitté ma pharmacie.

Je conseille aux jeunes de faire comme moi, de mettre de l’argent de côté pour pouvoir en profiter à la retraite. Car il faut impérativement avoir autre chose que sa pension prévue par le système. Il faut avoir un peu de tout comme placements. On ne sait pas de quoi demain sera fait.