• Compte Bancaire
    Jusqu'à 120€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire et d’un Livret d’épargne BforBank jusqu'au 05 septembre 2017

    80€ offerts* pour votre Compte Bancaire BforBank
    + 40€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank

    *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 40€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/12/2017.
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 05 septembre 2017.
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    150€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 31 août 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garanties en capital. 
    *Offre soumise à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 30 septembre 2017 et 80€ offerts

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un compte-titres, 
    d'un PEA et/ou d'un PEA-PME jusqu'au 05 septembre 2017* 
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    80€ offerts
    et 1 000€ de courtage remboursés *

    jusqu'au 30/09/2017 pour une 1ère ouverture
    ou transfert d'un compte-titres, d'un PEA
    et/ou d'un PEA-PME jusqu'au 05 septembre 2017

    *Offre soumise à conditions

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

  • Crédit immobilier
  • Le Mag
A lire dans la même thématique

Infographie budget vacances

Comment se répartit le budget vacances des Français ?

Avec un patrimoine moyen de 269 100 € d’actifs, six ménages sur dix étaient, en 2015, propriétaires de leur résidence principale.

01 mars 2017

Un patrimoine brut centré sur l’immobilier

En 2015, le patrimoine moyen des Français s’élevait à 269 100 € par ménage, composé à 61 % de biens immobiliers, voire à 80 % pour plus de la moitié des ménages. Le pivot du patrimoine ? La résidence principale, représentant 85 % des biens immobiliers. Une constante qui n’évite pas pour autant les disparités, six ménages sur dix étant, en France, propriétaires ou accédants à la propriété. Soit 95 % des ménages les plus riches… contre seulement 15 % des ménages les plus modestes.

Des inégalités vertigineuses

Si les inégalités de patrimoine diminuent, le gouffre reste profond : alors que le revenu maximal des 10 % de ménages les plus modestes est 4,6 fois moins élevé que le revenu minimal des 10 % de ménages les plus aisés, le patrimoine moyen, lui, est 139 fois moins élevé chez les moins aisés. Les ménages les plus aisés possèdent ainsi 47 % de l’ensemble du patrimoine brut, pour un minimum de 595 700 € d’actifs par ménage. Les ménages les plus modestes, eux, concentrent seulement 0,07 % du patrimoine brut, pour un maximum de 4 300 € d’actifs par ménage.

Un patrimoine plus important avec l’âge

Conséquence logique de l’avancée en âge, les crédits sont remboursés, la valeur du patrimoine augmente. Résultat ? Si les moins de trente ans sont les moins bien lotis, avec un patrimoine net moyen de 37 400 €, les 60 à 69 ans récoltent les fruits d’une vie de travail ! Leur patrimoine atteint son apogée à l’approche de la retraite, avant de décroître à partir de 70 ans, avec une moyenne nette de 340 600 € entre 60 et 69 ans, 286 600 pour les plus de 70 ans.

Les indépendants mieux dotés

Côté patrimoine, certaines professions semblent mieux loties que d’autres. Les professions libérales affichent ainsi des actifs plus importants et plus variés, compensant l’instabilité de leurs revenus par des investissements diversifiés et une épargne précoce. D’où un patrimoine brut moyen de 749 500 €, contre une moyenne de 269 100 €. Les artisans, commerçants et chefs d’entreprise suivent avec 574 700 €, puis les cadres, avec 392 100 €… un patrimoine quatre fois supérieur à celui des ouvriers non qualifiés, d’une moyenne de 90 100 €.