A lire dans la même thématique

Qu’est-ce que la taxonomie verte ?

Une nouvelle réglementation européenne établit un classement des activités vertes. Un moyen d’orienter les flux d’investissement vers les secteurs qui portent des valeurs environnementales.

La finance verte se structure et se professionnalise. Quels sont les contours de cette finance qui se veut plus durable ? Comment investir de façon solidaire et responsable ?

07 avril 2022

La Rédaction

En 2021, la Banque de France a annoncé la création de son Centre sur le Changement Climatique (CCC). Il s’agit d’un signe, parmi tant d’autres, du développement de la finance verte. Mais de quoi s’agit-il vraiment ? Éléments de réponse.

Finance verte : définition

Selon le Baromètre de la finance à impact, la finance à impact se décompose en trois catégories :

  • La finance inclusive (qui comprend l’ensemble des produits et services financiers destinés à aider les populations à faible revenus à accéder au système bancaire)
  • L’investissement à impact (défini par le GIIN comme un investissement « réalisé avec l’intention de générer un retour positif, ayant un impact social et environnemental mesurable, tout en assurant un rendement financier »)
  • La finance verte.

La finance verte (ou finance durable) est donc un sous-ensemble de la finance à impact. Elle comprend l’ensemble des actions et opérations financières qui favorisent la transition énergétique et la lutte contre le réchauffement climatique.

Quels sont les instruments de la finance durable ?

Les instruments de la finance verte sont notamment :

  • Les obligations vertes, qui constituent des emprunts émis sur le marché par une entité publique ou privée (une entreprise, un pays…) afin de lui permettre de financer sa transition écologique. Une obligation verte peut ainsi permettre de couvrir les dépenses liées à l’installation d’un système de gestion durable des déchets et de l’eau, la mise en place d’un chauffage fonctionnant avec une source d’énergie renouvelable…
  • Les marchés des droits à polluer, qui repose sur l’échange de quotas d’émissions de carbone entre acteurs économiques plus ou moins polluants.
  • Les fonds verts, environnementaux ou responsables qui restent encore peu connus du grand public.

Les pouvoirs publics, en prenant des mesures de politique économique (régulation, politique monétaire et financière…), contribuent également à façonner la finance verte.

Comment investir de façon solidaire et responsable ?

Pour investir dans la transition écologique, vous pouvez notamment acheter des actions via un fonds labellisé ou en direct, en choisissant des entreprises cotées ayant une activité en lien avec le développement durable (eau, traitement des déchets…). Vous pouvez également affecter tout ou partie des intérêts de vos placements à des projets durables et solidaires.

Bon à savoir

BforBank vous permet de verser sans frais une partie des sommes placées sur votre Livret de Développement Durable et Solidaire (LDDS) sous forme de dons à un ou plusieurs acteur(s) de l'Economie Sociale et Solidaire (ESS).

Crédit photo : Getty Images