A lire dans la même thématique

Quel budget prévoir pour les études supérieures de son enfant ?

Les études supérieures, ça coûte cher ! Logement, nourriture, école, frais de scolarité… Poste par poste, comment estimer au mieux le budget nécessaire pour un étudiant ?

Au sein de la grande famille du financement participatif (ou crowdfunding), le crowdlending affiche une collecte dynamique. Un bon plan pour les épargnants ? Décryptage.

26 septembre 2022

La Rédaction

Sous-catégorie du crowdfunding, le crowdlending permet à une entreprise de lever des fonds en sollicitant directement les particuliers et leur épargne.

Définition du crowdlending

En pratique, le crowdlending se développe sous la forme de prêts rémunérés mettant en relation des particuliers qui souhaitent épargner et des entreprises à la recherche de financement. Les dépenses financées sont les opérations non prises en compte par les banques, comme le besoin de liquidité ou les investissements immatériels.

L’intermédiation est permise par une plateforme Internet, qui peut avoir une portée généraliste ou bien être spécialisée dans un domaine d’activité comme l’immobilier.

Bon à savoir

Envie d’en savoir plus sur les atouts du crowdlending ? Le Mag passe en revue pour vous les principaux atouts de cette forme d’investissement.

Financer l’économie réelle

Le crowdlending connaît un fort développement, avec 1,58 milliard d’euros de collecte en 2021 contre 741 millions en 2020 selon une étude de Mazars et Financement Participatif France.

Le financement participatif en prêt permet de financer l’économie réelle, comme le montre la liste des principaux secteurs bénéficiaires. D’après l’enquête citée plus haut, le crowdlending "concerne essentiellement le secteur économique (1 570,6 M€), notamment l’immobilier (1 146,5 M€), suivi de l’environnement et des énergies renouvelables (188,5 M€) et des commerces et services (157,1 M€)."

Les très petites entreprises (TPE), petites et moyennes entreprises (PME) et entreprises de taille intermédiaire (ETI) font partie des premières concernées. Elles empruntent en moyenne 175 435 euros. Cependant, ce montant n’est pas prêté par une seule personne mais par une myriade de prêteurs, qui allouent chacun entre quelques centaines ou quelques milliers d’euros à un projet.

Comment faire du crowdlending et que savoir avant d’investir ?

Le prêt peut être accordé sans intérêts, avec intérêts ou en minibons (reconnaissances de dette, remboursables à une certaine date). Comme le rappelle Bpifrance Création, le taux moyen observé pour un financement participatif en prêt avec intérêts est de l’ordre de 8%. Une rémunération plutôt attractive qui est susceptible d’attirer les épargnants.

Avant d’investir, il convient toutefois de vérifier que la plateforme possède bien le statut d’Intermédiaire en Financement Participatif (IFP) délivré par l’Orias (Organisme pour le registre unique des intermédiaires en assurance, banque et finance). Il est également recommandé de diversifier ses investissements afin de limiter le risque : mieux vaut donner 100 euros à 5 projets que 500 euros à un seul. Pensez aussi à varier les secteurs d’activité et les zones géographiques au moment de prêter votre argent. Et évitez de tout miser sur les projets les plus risqués ! Mieux vaut parfois accepter une rémunération légèrement inférieure en contrepartie d’un risque moins élevé.

Crédit photo : Getty Images