A lire dans la même thématique

Ce qui change le 1er janvier 2021

Quelles principales mesures entrent en vigueur le 1er janvier 2021 ? Certaines sont susceptibles d’impacter les finances personnelles des particuliers.

La notion de trimestre est bien connue en retraite. Pourtant ses modalités de calcul sont souvent méconnues.

04 novembre 2020

Caroline de Francqueville

L'âge de départ à la retraite dépend de plusieurs facteurs, notamment la durée de votre carrière, l’année de votre naissance, l'âge auquel vous avez commencé à travailler…. La validation d’un nombre de trimestres est l’une des conditions pour prendre sa retraite à taux plein. S’il est donc important de connaître les modalités de leur acquisition, ces dernières sont souvent ignorées. Il convient de faire la distinction entre les trimestres cotisés, les trimestres assimilés et les trimestres de majoration. Comment valider un trimestre en 2020 ? Un point sur les règles en vigueur dans les régimes de base du privé.

Combien de trimestres pour une retraite à taux plein ?

Pour partir avec une retraite à taux plein, il vous faudra justifier d’un certain nombre de trimestres, défini en fonction de votre année de naissance. A titre d’exemple :

  • 168 trimestres, soit 42 ans, pour les personnes nées en 1961, 1962 et 1963,
  • 169 trimestres, pour les personnes nées en 1964, 1965 et 1966,
  • 172 trimestres, soit 43 ans, pour les personnes nées à partir de 1973.

Pour ceux qui n’ont pas le nombre de trimestres requis, il pourront bénéficier d’une retraite à taux plein quand sera atteint l’âge automatique de la retraite à taux plein, fixé aujourd’hui fixé à 67 ans. S’ils décident de partir avant ou s’ils n’ont pas acquis les trimestres requis, la retraite sera alors minorée par une décote.

Pour éviter de passer à côté de trimestres comptabilisés pour votre retraite de base, il est donc important d’examiner tous les événements (naissance, chômage…) susceptibles d’ouvrir des droits à la retraite.

Comment valider un trimestre de retraite ?

Le trimestre est l’unité de calcul de ce qui va constituer votre durée d'assurance dans la plupart des régimes de retraite de base. Pour bénéficier d'une retraite de base à taux plein, il est nécessaire d’avoir validé un certain nombre de trimestres qui varie selon votre année de naissance (de 160 à 172 selon les cas).

Comment un salarié du privé de valide-t-il un trimestre à l'assurance retraite ? On parle d’une notion de trimestre de cotisations car vous ne le savez pas forcément mais la validation des trimestres ne dépend pas de la durée réelle de l'activité mais du montant des cotisations versées. Elle dépend donc des revenus perçus sur une période donnée et non du nombre d'heures travaillées.

En pratique, un trimestre retraite s’acquiert dès lors qu’on a été payé 150 fois le montant du Smic horaire brut. Combien faut-il gagner pour valider un trimestre en 2020 ? En 2020, si vous avez perçu un salaire brut au cours de l’année de 1522,50 euros, vous validez un trimestre. Le montant qui évolue chaque année en fonction de la revalorisation du Smic est donc de :

  • 3 045 € pour valider 2 trimestres,
  • 4 567,50 € pour valider 3 trimestres,
  • 6 090 € pour valider 4 trimestres.

Ainsi une rémunération élevée permet de valider plus rapidement des trimestres sans pouvoir aller au-delà de 4 trimestres par an. Attention, les cotisations prises en compte le sont dans la limite du plafond mensuel de la Sécurité sociale (3.428 euros mensuels en 2020). Si une personne du privé dont le revenu est supérieur au plafond mensuel travaille deux mois (au moins), elle validera une année entière (4 trimestres).

Ces trimestres validés avec ces revenus perçus sont comptabilisés au titre de trimestres cotisés.

Trimestre cotisé, trimestre validé, trimestre assimilé, quelle différence ?

Mais en pratique comment sont comptabilisés les trimestres dans la retraite ?

Vous avez sans doute entendu parlé des trimestres cotisés, des trimestres validés et des trimestres assimilés mais connaissez-vous leurs différences et leur impact dans le calcul de votre pension de retraite.

Pour obtenir le nombre de trimestres validés, on additionne :

  • les trimestres cotisés qui donnent lieu à versement de cotisations calculées sur les revenus d'activité ;
  • les trimestres assimilés. Ils sont validés même s’ils n’ont pas donné lieu à cotisation. A titre d’exemple citons les cas du chômage, de la maternité, du service militaire…

Attention : certains trimestres (notamment ceux pour enfants) ne sont pas retenus pour bénéficier du départ anticipé pour carrière longue.

Que vous ayez effectué en début de carrière des emplois saisonniers, des stages rémunérés, vérifiez qu’ils apparaissent bien sur votre relevé de carrière. Ils peuvent créer des droits à la retraite.

Des trimestres supplémentaires dit de majoration

Les trimestres pour votre retraite de base ne s’obtiennent pas qu’en travaillant. Différentes situations permettent d’en acquérir.

Les trimestres dits de majoration s'ajoutent à la durée d'assurance au régime général, sans être affectés à des années civiles déterminées. Ils répondent à des conditions d’attribution qui varient selon qu’il s’agit de trimestres au titre de la maternité ou de l'adoption (4 trimestres), au titre de l'éducation de l'enfant (4 trimestres), ou si vous avez élevé un enfant handicapé.

A noter que pour les enfants nés à compter de 2010, la majoration adoption et la majoration pour éducation peuvent être partagées entre les parents sous certaines conditions.

A noter que des trimestres de majoration sont également accordés lorsque l’on part à la retraite après l’âge du taux plein automatique (67 ans actuellement pour les personnes nées en 1955 ou après).

Crédit photo : Getty images