A lire dans la même thématique

Dons de sommes d’argent à Noël : que faut-il savoir sur les présents d’usage ?

Effectuer un don d’usage au profit d’un proche, nécessite de s’entourer de certaines précautions.

Le Gouvernement a lancé un comparateur de tarifs bancaires. Cet outil permet de comparer les prix pratiqués dans les différents établissements.

04 février 2016

Caroline de Francqueville

Le comparateur de tarifs bancaires concerne environ 150 établissements :  c'est plus de 98 % du marché. Il sera mis à jour toutes les semaines.

Ce comparateur de tarifs bancaires arrive à propos : depuis début 2016, les frais de tenue de compte se généralisent.  Aujourd'hui, seul les banques en ligne - ou presque - font profiter de la gratuité à leurs clients.

Un comparateur pour favoriser la mobilité bancaire

Le gouvernement veut favoriser la mobilité bancaire. C’est l’objet d’une mesure votée dans le cadre du projet de loi Macron, qui sera applicable à compter du 7 février 2017. Cette mesure va permettre aux consommateurs de changer de banque plus simplement, plus rapidement.

En effet, pour changer de banque, les consommateurs n'auront plus qu'à signer un mandat à leur nouvel établissement bancaire. Objectifs, gratuité et simplicité comme l'a rappelé Michel Sapin. Le décret d’application de la loi Macron (pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques), relatif à ce sujet, vient d’ailleurs d’être publié.

Mais d’ici février 2017, Bercy veut toutefois permettre aux consommateurs de "comparer les frais facturés par les banques" et de faire "jouer la concurrence en changeant d’établissement financier si besoin".

Frais bancaires : plus de transparence, plus d'informations

Ce comparateur a été présenté par le ministre de l’Économie et des Finances comme "un outil fiable et impartial" permettant au consommateur de s’informer facilement. C’est une nouvelle étape "dans l’action engagée depuis trois ans par le Gouvernement pour rééquilibrer les relations entre les consommateurs et leur banque" a tenu à rappeler Martine Pinville, secrétaire d’État chargée du Commerce, de l’Artisanat, de la Consommation dans le communiqué de présentation.

A l'heure actuelle, plusieurs banques en ligne proposent des simulateurs qui permette de simuler les économies annuelles que peut réaliser le consommateur en décidant de domicilier son compte bancaire.

Quinze services bancaires examinés

Comment fonctionne le comparateur ? L'internaute doit sélectionner un type d'établissement bancaire, le cas échéant une région, et les opérations et services qu'il souhaite comparer.

Le comparateur porte sur les tarifs de quinze services bancaires mais la comparaison ne peut porter que sur six item maximum entre autres :

  • le prix de la carte de paiement à débit immédiat ou à débit différé,
  • les frais par virement en agence ou via internet,
  • les frais par retrait d'espèces à un DAB d’une autre banque,
  • les frais de mise en place d'un mandat de prélèvement SEPA et frais par paiement d’un prélèvement SEPA
  • les frais de tenue de compte

Michel Sapin a tenu à insister sur l’impartialité du simulateur : les données sont "totalement homogènes, sans la volonté d'avantager qui que ce soit".

Frais de tenue de compte : avantage pour les banques en ligne

Ce simulateur voit le jour alors que depuis le 1er janvier 2016, les banques sont de plus en plus nombreuses à prélever des frais de tenue de compte. A ce titre, les banques en ligne font figure d'oasis : elles sont désormais quasi seules à ne pas facturer des frais de tenue de compte.

Le ministre Michel Sapin a annoncé avoir confié au CCSF une mission « d’étude plus approfondie afin d’apprécier notamment l’opportunité d’une définition plus précise de ce que recouvrent ces frais ». L'ambition de cette mission est de comprendre avec précision les motifs de la quasi-généralisaion de cette facturation et de prévoir son évolution.