A lire dans la même thématique

Vacances : quelques astuces pour faire baisser la note

Se loger gratuitement, bénéficier d’un billet de train à tarif réduit ou d’un parc locatif à tarif préférentiel… Les astuces à connaître pour réduire la facture des vacances.

Que ce soit pour quelques jours ou pour un séjour plus long vous serez amené à régler certaines dépenses sur place. Mais quels moyens de paiement privilégier ?

04 août 2015

La Rédaction

Dans la plupart des cas la carte bancaire  est le moyen de paiement le plus pratique et le plus avantageux. Quelques vérifications s’imposent avant de partir ou sur place, que la destination soit à l’intérieur ou hors zone Euro.

Quelques vérifications indispensables avant de partir

Vérifiez tout d’abord que votre carte peut bien sûr être utilisée là où vous vous rendez. Est-ce bien une carte internationale ?  Est-elle bien acceptée partout ? Si vous avez le moindre doute, une vérification s’impose avec votre banque.

Ensuite, surtout si le séjour est de longue durée, vérifiez :

- votre plafond de paiement : c’est celui utilisé pour les paiements chez les commerçants ou en ligne. Il est calculé sur 30 jours calendaires ou glissants.

- votre plafond de retrait qui concerne tous les retraits d’argent effectués aux distributeurs automatiques de billets (DAB). Le plafond hebdomadaire est en général calculé non pas sur une semaine calendaire mais sur 7 jours glissants. A noter qu’à l’étranger, il peut différer de celui en vigueur en France.

Ces deux plafonds sont fonction du type de votre carte bancaire et ensuite des plafonds fixés par votre banque. Vérifiez donc toutes les spécificités de votre carte. Si vous avez peur d’être à court, pensez à demander un relèvement temporaire de plafond, le plus souvent gratuit ou payant à partir d’un certain nombre de demandes annuelles. Il interviendra dans la limite du plafond maximum de votre carte.

Bien évidemment vous aurez vérifié la date d'échéance de votre carte afin qu’elle ne se situe pas au milieu de vos vacances ! Si c’est le cas, vous pourrez demander à votre banque un renouvellement anticipé en vérifiant les délais mais aussi les frais qui peuvent être prélevés à cette occasion.

Pas de frais supplémentaires en France

Pour vérifier l’impact des frais, il convient de distinguer deux cas : un séjour dans un pays de la zone euro ou un séjour hors zone euro.

Dans la zone euro, depuis le 1er juillet 2002, tout retrait ou paiement est soumis aux mêmes conditions tarifaires qu’une opération identique effectuée en France par les porteurs de cartes des banques françaises. La gratuité intervient alors comme en France.

Pour une opération effectuée en dehors de la zone euro, il existe des frais variables selon le pays, la monnaie mais aussi les banques.

N’oubliez pas de vous renseigner avec précision sur ces frais qui comprennent en général :

-des frais fixes, par transaction, par retrait

-des frais proportionnels.

Ces frais peuvent varier selon qu’il s’agisse d’achat chez un commerçant ou d’un retrait d’un DAB.

Ainsi hors de la zone euro, en présence de frais fixes, éviter de faire trop de retraits d'espèces de petits montants.

Il est donc fortement conseillé, avant de partir, de relire les conditions tarifaires de sa banque relatives aux frais et commissions prélevés lors d’un retrait  ou d’un achat en fonction de la destination choisie.

Payer en espèces

Bien sûr vos euros (pièces et billets) seront utilisables dans la zone euro. Mais avoir beaucoup d’argent liquide sur soi peut être risqué!

A noter que chaque pays a ses particularités d’utilisation de certaines coupures. Contrairement à la France, en Allemagne l’utilisation des billets de 200 ou 500 euros est « courante ». A l’opposé certains pays -Finlande, Pays-Bas…- n’utilisent pas certaines pièces : de 1 ou 2 centimes.

Comment  payer hors zone euros en espèces ? Il faut soit auparavant vous procurer des devises du pays, soit attendre de vous les procurer sur place, soit dans un bureau de change, soit en faisant un retrait dans un DAB.

Là aussi deux cas de figure : soit la devise est disponible en France, soit elle n’est disponible que dans le pays de destination (dinar tunisien…). Dans ce dernier cas, n’oubliez pas à la fin du séjour de changer vos devises restantes avant votre retour en France, à moins que vous ne prévoyiez un autre séjour dans la même destination.

Restent également envisageables les chèques de voyage (traveller chèque) même si ils sont beaucoup moins utilisés qu’auparavant avec la domination de la carte bancaire. Ils sont également disponibles dans un nombre limité de devises.

Perte ou vol de vos moyens de paiement ?

Avant de partir, vérifiez  les services d’assurances et d’assistance dont vous bénéficiez selon le type de carte -classique, haut de gamme ou prestige- que vous possédez. Particulièrement utiles en cas d’accident, maladie, de perte ou de vol de votre carte, les assurances incluses peuvent toutefois se révéler insuffisantes dans certaines situations. Il s’avèrera alors utile de souscrire une assurance complémentaire de votre carte auprès de votre banque et de penser à régler bien évidemment les dépenses avec cette carte !

Lors de votre déplacement, n’oubliez pas de partir avec les numéros d’urgence de votre banque. Vous pourrez demander rapidement opposition en cas de disparition de votre carte ou être assisté en cas de problème grave.

Désormais les banques proposent souvent un formulaire à remplir en ligne pour faire opposition sur votre carte bancaire via internet.

Il y a encore quelques années, certains frais bancaires liés à l’utilisation de la carte étaient prohibitifs et dans certains pays le paiement par carte était moins développé qu’aujourd’hui. Aujourd’hui la carte bancaire est le moyen le plus pratique mais aussi le plus économique pour effectuer achats et retraits à l'étranger. Bien sûr soyez vigilant sur place mais également à votre retour, en surveillant votre relevé bancaire régulièrement.