A lire dans la même thématique

Qu'est-ce qui se cache derrière la VEFA ?

Avant d’acheter votre logement neuf à un promoteur, sachez tout sur le contrat de vente en l’état futur d’achèvement, un contrat très balisé. Explications.

Comment évaluer l'apport qui vous sera nécessaire pour réaliser votre projet immobilier ?

26 août 2016

Un bon apport pour de bonnes conditions de prêt

L'apport personnel est la somme que vous êtes capable d'injecter dans votre projet immobilier. Il peut s'agir de vos économies, d'un héritage, d'une donation, du déblocage d'une participation d'entreprise, bref tout ce qui vous permet de disposer de liquidité.

Plus il est élevé plus la banque sera rassurée - elle y voit le signe que vous savez épargner et que vous saurez rembourser votre prêt de façon fiable. Les experts estiment toutefois qu'un apport de 10 % est un minimum - 30 % étant considéré comme la somme idéale.

Par exemple : si vous voulez acheter un bien immobilier à 500 000 euros, votre apport devra être au minimum de 50 000 euros.

Il est à noter que l'apport personnel n'inclut pas les frais de notaire et de dossier, que vous devez également être capable de payer avec vos économies.

Le montant de l'apport dépend donc avant tout du prix d'achat du bien convoité. Plus votre apport est élevé, plus votre dossier sera considéré comme "bon" par la banque et plus vous obtiendrez des conditions intéressantes - taux bas, réponse rapide, frais de dossiers réduits.

Emprunter sans apport ?

Vous n'avez pas d'apport mais souhaitez malgré tout devenir propriétaire ? Ne vous découragez pas ! Vous aurez certes plus de mal à trouver une banque qui accepte de vous financer, mais cela n'est pas mission impossible.

Vous devrez avant tout présenter un dossier bien ficelé, prouver notamment que votre budget vous permettra d'honorer les mensualités du crédit. Pensez aussi à équilibrer vos comptes, un compte bancaire dans le rouge au moment de l'entretien avec le banquier ferait mauvais effet.

Enfin, sachez que les banques prêtent plus facilement sans apport si le projet concerne un investissement locatif, le taux de rendement - c'est-à-dire la recette des loyers - étant considérée comme une garantie positive.