A lire dans la même thématique

2 min pour tout comprendre sur le prélèvement à la source

En deux minutes, Hélène de Latour, DRH chez BforBank, vous explique tout ce qu'il faut savoir sur le prélèvement à la source de votre impôt sur le revenu.

L’administration fiscale a publié les dates limites de « dépôt » de la déclaration de vos revenus 2017.

Devez-vous obligatoirement déclarer en ligne en 2018 ? Selon l’endroit où vous résidez quelle est la date limite pour effectuer votre déclaration ? Quelques informations utiles.

Calendrier 2018 : quelle date limite pour votre déclaration de revenus ?

Dès mi-avril, vous pourrez effectuer votre déclaration au titre de vos revenus 2017. Mais jusqu’à quand avez-vous ? Les dates butoirs varient pour les déclarations en ligne -sur impots.gouv.fr ou sur smartphone- en fonction de votre département de résidence.

Numéro de département* date limite de déclaration par internet
départements numérotés 01 à 19 mardi 22 mai 2018 à minuit
départements numérotés 20 à 49 mardi 29 mai 2018 à minuit
départements numérotés 50 à 974/976 mardi 5 juin 2018 à minuit

 *selon votre adresse au 1erer janvier 2018.

En déclarant en ligne, vous disposez d’un délai supplémentaire car la date limite de déclaration de revenus papier a lieu au plus tard le jeudi 17 mai 2018 quel que soit le département de résidence.

Déclaration en ligne : obligatoire dès 15 000 € de revenus

En 2019 la déclaration en ligne sera obligatoire pour tous. Mais cette année, vous êtes concerné par cette obligation si :

  • Votre revenu fiscal de référence (RFR de N-2 soit 2016) est supérieur à 15 000 euros ;
  • Votre résidence principale est équipée d'un accès à Internet.

En dehors de l’absence d’équipement internet d’autres exceptions à ce principe existent, notamment pour les personnes âgées, handicapées ou encore dépendantes même si elles ont un accès à leur domicile. Vous indiquez alors ne pas être en mesure de pouvoir souscrire votre déclaration en ligne afin de pouvoir continuer de remplir une déclaration papier.

Mais l’administration fiscale veille : les récalcitrants peuvent être soumis à des sanctions en cas de mauvaise foi. Une amende forfaitaire de 15 euros est prévue mais qui ne sera réclamée qu'à partir de la deuxième année de non-respect de cette obligation.

Crédit photo : istock