A lire dans la même thématique

Quelle est la date limite pour faire sa déclaration de l'Impôt sur la Fortune Immobilière ?

Tout savoir sur le calendrier et le paiement de l'Impôt sur la fortune Immobilière (IFI) 2020.

Achat plaisir ou investissement permettant de générer une rente, la résidence secondaire est parfois considérée comme un bon plan.

19 février 2020

La Rédaction

Achat plaisir ou investissement permettant de générer une rente, la résidence secondaire est parfois considérée comme un bon plan. À condition de ne pas négliger la fiscalité, qui peut s’avérer particulièrement lourde au moment de la revente.

Si la résidence principale est une niche fiscale dans le sens où elle est exonérée de taxe sur les plus-values, ce n’est pas le cas de votre maison de vacances ou de votre bien locatif.

Quelles conséquences en cas de plus-value sur la vente d’une résidence secondaire ?

En cas de travaux de rénovation ou bien de hausse du marché immobilier, il se peut que vous soyez amené à vendre votre bien à un prix plus élevé que celui auquel vous l'avez acheté. Vous réalisez alors ce qu’on appelle une plus-value immobilière, dont le mode de calcul obéit à certaines modalités.

Cette plus-value est soumise :

  • à l’impôt sur le revenu au taux forfaitaire de 19%, auquel s’ajoute une taxe supplémentaire de 2 à 6% en cas de plus-value imposable supérieure à 50 000 euros
  • aux prélèvements sociaux à un taux global de 17,2%. Cette part a augmenté depuis le 1er janvier 2018 puisqu’avant la hausse de la CSG, les prélèvements sociaux s’élevaient encore à 15,5%.

A noter : la déclaration de la plus-value immobilière et son paiement interviennent au moment de la vente chez le notaire. Par conséquent, le vendeur reçoit le prix du bien, net d'impôt sur la plus-value.

Bon à savoir

Contrairement aux idées reçues la résidence secondaire n’est pas toujours la maison de vacances puisqu’elle se définit comme le logement que vous n’occupez pas à titre principal pendant l’année. Il peut par exemple s’agir également d’un appartement mis en location.

Imposition sur la vente de sa résidence secondaire : quelles exonérations ?

Malgré une fiscalité lourde, la résidence secondaire bénéficie de certains avantages fiscaux, tels que l’abattement pour durée de détention voire l’exonération d’impôt à partir d’une certaine durée (22 ans pour l’impôt forfaitaire et 30 ans pour les prélèvements sociaux). Il existe certains cas d’exonération sous conditions strictes en fonction du statut du propriétaire, notamment lorsque celui-ci est retraité ou personne titulaire de la carte d’invalidité (invalidités de 2e et 3e catégorie). Vous pouvez également être exonéré si vous n’êtes pas propriétaire de votre résidence principale, sous conditions.

Le régime d’imposition et de taxation reste toutefois nettement moins favorable que celui de la résidence principale, qui bénéficie d’une exonération totale.

Bon à savoir

Si la revente de la résidence principale n’est pas taxée, c’est également le cas des dépendances immédiates et nécessaires, comme les caves, garages, chambres de bonne…

Des abattements en zone tendue

La taxe sur les plus-values immobilières est calculée sur le foncier bâti, mais aussi sur les terrains non bâtis. Un abattement exceptionnel de 70% s'applique ainsi sur les ventes de terrains constructibles dans les zones tendues (zones A ou A bis), sous conditions. Pour en bénéficier, la promesse de vente doit impérativement être signée avant le 31 décembre 2020 (et ne pas remonter à une date antérieure au 1er janvier 2018).

A noter : cet abattement supplémentaire sur la plus-value de sa résidence secondaire s’applique après déduction de l’abattement pour durée de détention. 

Crédit photo : Getty Images