A lire dans la même thématique

Quel taux pour le Livret A au 1er août 2021 ?

Le taux d’intérêt du Livret A va se maintenir à 0,50% le 1er août prochain dans un contexte de hausse de l’inflation. Ce niveau de rémunération constitue son plus bas historique.

En complément des actions et des actifs immobiliers, les obligations font partie des placements incontournables lors de la construction d’un portefeuille.

12 janvier 2021

La Rédaction

En complément des actions et des actifs immobiliers, les obligations font partie des placements incontournables lors de la construction d’un portefeuille. Si l’investissement en direct est rarement possible pour les particuliers, il existe plusieurs moyens d’investir dans les obligations de manière indirecte.

Les obligations sont des titres de créance utilisés par les entreprises ou les Etats pour lever de l’argent sur les marchés financiers. Investir en direct dans ce type d’actifs peut s’avérer complexe voire impossible pour les investisseurs non professionnels. Dès lors, comment investir dans les obligations ?

Bonne nouvelle, il existe de nombreux instruments pour investir de façon indirecte.

1. Via le fonds en euros en assurance-vie

Lorsque vous effectuez un versement sur votre contrat d’assurance-vie, vous avez le choix entre les supports en unités de compte (UC)* et le fonds en euros.

Le fonds en euros est composé majoritairement d’obligations souveraines (dette des Etats) et d’obligations d’entreprises (dette corporate). Le fonds en euros comporte aussi une poche diversifiée, investie par exemple en actions ou en produits immobiliers. Cette poche peut représenter jusqu’à 20 à 40 % de l’actif total selon les fonds. Dans les fonds euros dynamiques, la part d’actifs obligataires peut descendre jusqu’à 60 à 65 %, contre 85 % en moyenne pour les fonds euros traditionnels.

2. Via des fonds obligataires

Les OPCVM obligataires sont des placements collectifs investis en obligations. Si vous investissez au travers de votre contrat d’assurance-vie, vous les retrouverez parmi la liste des supports financiers en UC.*

Il en existe de deux sortes :

  • d’une part, les OPCVM obligataires classiques, qui peuvent avoir une dominante en obligations d’Etat ou en obligations corporate ;
  • d’autre part, les OPCVM obligataires à revenus réguliers, qui distribuent aux investisseurs des revenus pendant toute la durée de détention.

Bon à savoir

Concernant les OPCVM obligataires à revenus réguliers, le montant des revenus peut varier d’une période (trimestrielle, semestrielle…) sur l’autre.

3. Via des ETF en obligations

Également appelés OPCVM obligataires indiciels, les ETF (Exchange-Traded Funds) obligataires cherchent à reproduire le plus fidèlement possible les performances du marché obligataire. Ils sont composés de portefeuilles diversifiés d’obligations achetées et vendues en bourse.

A l’instar des OPCVM obligataires, les ETF obligataires permettent d’investir dans des centaines de titres en une seule fois et avec des frais réduits. Ces supports permettent donc de diversifier un portefeuille tout en étant relativement simples à gérer.

Enfin, sachez qu’il existe des obligations convertibles qui permettent d’échanger les titres de créance contre des actions de l’entreprise s’il s’agit de crédit corporate. L’ensemble des solutions présentées ici ne constituent en aucun cas des conseils d’investissement mais ont vocation à vous informer sur les différentes opportunités de placements obligataires qui s’offrent à vous.

*Les unités de compte présentent des risques de perte en capital.

Crédit photo : Getty images