A lire dans la même thématique

Les promesses des fonds investis en micro-capitalisations

Entre autres segmentations, les professionnels divisent la cote des valeurs selon la taille des sociétés.

Brexit, tensions commerciales sino-américaines, deuxième vague de Covid-19 : trois risques à prendre en considération pour anticiper l’évolution des marchés boursiers à moyen terme.

16 juillet 2020

Michel Lemosof

L’incertitude de la période actuelle se caractérise par une forte volatilité sur les marchés financiers. Quels sont les risques à surveiller dans les prochains mois ?

Risque n°1 : un échec des négociations autour du Brexit

Les discussions sur les relations entre le Royaume-Uni et l’Union européenne après le Brexit semblent dans l'impasse. Les termes de l'accord de libre-échange peinent à se préciser et la piste d’un hard Brexit parait de plus en plus plausible. En cas de Brexit sans accord, le Royaume-Uni se verrait immédiatement attribuer le statut de pays tiers. Son commerce serait régi par les règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Le Royaume-Uni serait dépourvu d’accès privilégié au marché unique et serait exclu de l’union douanière avec l’Europe. Autrement dit, la libre circulation des personnes, biens, services et capitaux d’un côté de la Manche et de l’autre ne serait plus de mise. Cela se traduirait notamment par une hausse des droits de douane voire l’instauration de nombreuses barrières non-tarifaires (normes, quotas…).

Conséquence, les entreprises britanniques et, plus généralement, celles de la zone euro seraient freinées dans leur croissance et leur valeur chuterait en Bourse.

Risque n°2 : un regain de tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis

L’accord annonçant une trêve entre la Chine et les Etats-Unis, appelé  "Phase 1", devait entrer en vigueur le 14 février. Cependant, la crise sanitaire a ravivé les tensions entre les deux parties, le président américain accusant la Chine d’être à l’origine de la pandémie. Donald Trump pourrait notamment imposer de nouvelles taxes douanières supplémentaires sur les importations chinoises. De son côté, la Chine pourrait profiter de la crise économique mondiale pour rompre l’accord existant et renégocier de meilleures conditions.

Résultat, les indices boursiers américains pourraient chuter. Le Nasdaq, qui rassemble des entreprises technologiques dont un certain nombre travaille avec des fabricants de semi-conducteurs chinois, serait plus particulièrement impacté.

Risque n°3 : une seconde vague de Covid-19 en Chine

Depuis le début de l'épidémie, fin 2019, le nombre de cas de Covid-19 recensés en Chine est de 83 000 pour 4 600 morts officiellement. A la mi-juin, on recensait à Pékin une centaine de nouveaux cas de Covid-19. En réaction, la Chine pourrait décider de rétablir certaines mesures de confinement et être imitée en cela par d'autres parties du monde.

En cas de mesures de précaution plus strictes ayant des conséquences économiques plus larges, on peut s’attendre à une vente importante et durable de devises et d'actions, entrainant une possible chute des cours.

Un investissement en Bourse est par nature risqué. Comme le montrent ces trois risques, les dangers potentiels peuvent venir de différentes parties du monde. D’où l’importance de diversifier les zones géographiques de ses investissements. Les OPCVM permettent d’internationaliser un portefeuille facilement.

Crédit photo : Getty Images