A lire dans la même thématique

Où peut-on voyager et quelles sont les restrictions cet été ?

Le gouvernement encourage les Français à réserver leurs vacances et à partir cet été, tout en restant dans l’Hexagone. Mais quelles sont les règles pour voyager en-dehors des frontières françaises ?

Vous souhaitez vous constituer un portefeuille de valeurs mobilières et réaliser des investissements boursiers en 2021? PEA ou compte-titres, que savoir avant d’opter pour la bonne enveloppe ?

Quand on décide d’investir dans des valeurs mobilières que ce soit en direct ou via des OPCVM, il existe deux principaux supports. L’investisseur particulier a en effet le choix entre le compte-titres ordinaire (CTO) et le plan d'épargne en actions (PEA). Mais pour choisir entre le compte-titres ou le PEA ou, il faut bien sûr connaitre leurs caractéristiques propres. Fonctionnement, univers de placement, modalités d’utilisation et bien sûr régime fiscal applicable, passons en revue les atouts et inconvénients de chacun pour faire le bon choix pour investir en actions en 2021.

Le compte-titres pour sa souplesse de fonctionnement

La première caractéristique du CTO est la souplesse qu’il procure à son détenteur qui peut gérer en toute liberté ses placements financiers. Quelles sont ses caractéristiques ? Le compte-titres permet :

  • une grande diversification du portefeuille avec un accès à tous les instruments financiers sur toutes les zones géographiques ;
  • de s’adapter à différents profils de risque et horizons de placement, notamment via un accès un choix très large d’OPCVM ou de trackers (ETF) ;
  • une grande souplesse avec l’absence de plafonds de versements, une possibilité d’ouvrir autant de comptes qu’on le souhaite, une souplesse au niveau des retraits possibles à tout moment sans conséquence spécifique.

Comment fonctionne un compte-titres ? Il permet de profiter d’une offre très étendue en termes de valeurs mobilières. Les valeurs éligibles au compte titres ne sont pas limitées (actions, obligations, produits monétaires, fonds structurés, warrants, etc.) et l’on pourra aussi acheter des titres vifs de sociétés américaines, japonaises ou chinoises par exemple. Pour pouvoir accéder au maximum de possibilités, privilégiez une banque en ligne. En effet le choix de votre intermédiaire est très important : le nombre d’actions disponibles à l’achat dépendra des marchés financiers auxquels il vous donne accès et le choix des fonds (OPCVM ou trackers) dépendra de l’étendue de son offre.

Enfin l’accès du CTO est ouvert à tous, notamment à tout enfant mineur (sous le respect de règles spécifiques). Il peut prendre la forme d’un compte individuel mais aussi d’un compte joint, ou encore indivision ce que ne permet pas le PEA.

Le PEA : un univers plus restreint et des contraintes

Le PEA est réservé aux actions d’entreprise qui ont leur siège dans l’un des 27 pays de l’Union européenne et aux SICAV et FCP investis à 75% en titres éligibles. L’univers d’investissement du PEA est donc plus restreint que celui du CTO qui ouvre lui accès à tous les titres et instruments financiers de toutes zones géographiques.

Ensuite, contrairement au CTO, les versements sont plafonnés dans un PEA. Le plafond d’un PEA-PME est de 225 000 euros, celui du PEA classique ne peut excéder 150.000 euros, alors que le plafond global pour un PEA et un PEA-PME est fixé à 225 000 euros.

Fiscalité : les grands avantages du plan d’épargne en actions

Le grand atout du PEA est bien sûr son régime fiscal très avantageux. Le PEA est une enveloppe de capitalisation qui permet de gérer un portefeuille, de percevoir des dividendes et d’opérer des arbitrages sans impôt dès 5 ans de détention. Seuls les prélèvements sociaux restent dus lors d’un retrait partiel ou total.

Quelle est la fiscalité d’un compte-titres ordinaire ? Dans un CTO les dividendes et gains de cessions de valeurs mobilières sont imposables au Prélèvement forfaitaire unique (PFU), de 12,8 % au titre de l’impôt sur le revenu (IR) soit 30 % prélèvements sociaux inclus. Pour rappel, ceux qui y ont intérêt peuvent renoncer au PFU et opter sous certaines conditions au barème progressif de l’impôt sur le revenu. Si le PFU est prélevé à la source pour les dividendes, les plus-values sont imposables l’année qui suit la cession des titres.

Pour rappel un retrait avant 5 ans engendre une imposition au PFU (30%) et la fermeture du PEA.

Le PEA : un bon support pour les débutants en bourse ?

L’investisseur débutant dont le profil de risque est bien sûr adapté aux placements à risque comme les actions, peut trouver avec le PEA un support idéal pour faire ses premiers pas sur les marchés boursiers. En effet, commencer par des actions de sociétés françaises que l’on connait ou encore de l’Union Européenne, tout en bénéficiant d’un régime fiscal avantageux peut être une première initiative. Mais la nécessité de diversifier ses placements autant sur le plan des produits que sur le plan géographique pour accéder à une stratégie internationale devra passer ensuite par l’ouverture en complément d’un compte-titres ordinaire.

PEA et CTO : deux supports d’investissement complémentaires

Après avoir examiné leurs caractéristiques propres, on en conclut généralement que la solution à privilégier est de profiter des atouts et possibilités propres à chacun des deux supports pour pouvoir diversifier ses actifs financiers (CTO) et bénéficier d’une fiscalité plus légère (PEA). Ainsi vous privilégierez le PEA pour loger vos actions et fonds européens éligibles et profiterez du CTO pour acquérir des actions et/ou fonds internationaux, mais aussi des produits (obligations, majorité des trackers, produits dérivés pour les plus audacieux…) non éligibles au PEA. Pour le choix de votre établissement bancaire, une banque en ligne vous fera profiter de sa souplesse de gestion et de tarifs (courtage, absence de droits de garde dans la plupart des cas…) avantageux.

Crédit photo : Getty images