A lire dans la même thématique

Déclaration 2021 : ce qui change pour l’option pour le barème progressif des revenus de capitaux mobiliers

Certains contribuables vont découvrir dans leur déclaration de revenus que l’option pour le barème progressif a été cochée. Pourquoi et qui est concerné ?

Dans un contexte de taux d’intérêt extrêmement bas, beaucoup d’épargnants cherchent des solutions de placement plus rémunératrices que le livret A ou l’assurance-vie en euros.

19 janvier 2021

Michel Lemosof

"Sur le long terme, a déclaré l’an dernier au magazine Gestion de Fortune Olivier Plaisant, directeur de la gestion actions d’Ecofi, le dividende peut représenter jusqu’à la moitié du retour sur investissement."

Depuis l’origine du 31 décembre 1987, le Cac 40, par exemple, s’est adjugé 470 % sans les dividendes et 1.120 % avec les dividendes !

Il faut souligner que la régularité de la croissance du dividende est plus importante que le niveau de rendement absolu. En effet, si celui-ci est très élevé, c’est souvent la conséquence de difficultés rencontrées par un émetteur. Hors dividendes, sur vingt ans, la vingtaine de sociétés qui ont le mieux rémunéré leurs actionnaires (Pharmagest Interactive, Hermès International, Essilor International, Rubis, Vinci, Seb, Pernod Ricard, etc.) ont vu leurs cours de Bourse progresser de 8,7 % en moyenne annuelle, alors que la Cac 40 n’a rien gagné dans la période.

Une manne de 1.200 milliards de dollars

"En novembre, se réjouissent Florian Allain et Yohan Salleron, gérants de Mandarine Equity Income (4,2 % de rendement en 2020), le fonds a obtenu sa meilleure performance mensuelle historique : + 17,8 %."

Invesco Global Equity Income Fund, NN (L) Asia Income, M&G (Lux) Global Dividend, Fidelity Funds - Global Dividend, NN (L) Euro High Dividend, BL-Global Equities Dividend et Tiepolo Rendement méritent aussi d’être mentionnés.

State Street Global Advisors fait observer dans un communiqué que nombre d’investisseurs se positionnent "sur la reprise économique à long terme en s’appuyant sur la stabilité des rendements pour se prémunir des pics de volatilité des marchés". Et de citer l’ETF SPDR S&P US Dividend Aristocrats. Le terme "Aristocrats" est utilisé par les professionnels quand une société a versé chaque année un dividende en hausse depuis un quart de siècle. L’ETF Lyxor Stoxx Europe Select Dividend 30, lui, "traque" des sociétés (Aegon, Legal & General, Standard Life Aberdeen, UBS Group, Royal Dutch Shell, NN Group, BMW, Telecom Italia...) qui ont au moins maintenu leurs dividendes durant cinq exercices. Il convient également de citer Amundi ETF MSCI EMU High Dividend (Schneider Electric, Enel, Iberdrola, Allianz, CRH, Inditex, Siemens, Kone, Total, Unilever…).

Si, dans le Cac-All Tradable (ex-SBF 250), une valeur sur cinq a un rendement supérieur à 3 %, Axa, Orange, CNP Assurances, Altarea, Total, CBO Territoria ou Nexity offrent une perspective de revenu théorique d’au moins 6 %.

"Les dividendes mondiaux 2020, estime dans une analyse trimestrielle Jane Shoemake, directrice des investissements chez Janus Henderson Investors, devraient chuter de 18 % à 20 %, sous les 1.200 milliards de dollars. Pour 2021, ils resteront, au pire, stationnaires, avec un potentiel d’augmentation de 12 %."

Crédit photo : Getty images