A lire dans la même thématique

Succession sans enfants ni conjoint : qui hérite ?

Lorsqu’aucun conjoint, ni enfant, n’est amené à hériter, la loi prévoit qui sont les héritiers. Mais il est aussi alors possible d’organiser sa succession dans un cadre de très grande liberté.

Les épargnants français restent les champions de la prudence. En délaissant les placements considérés comme trop risqués, ils préfèrent se priver d’opportunités de rendement.

Une étude d’AXA Invest Managers confirme le comportement très prudent en termes de choix de placement des Français. Quand il s’agit de leur épargne, c’est en effet 75 % des Français qui préfèrent ne rien gagner plutôt que de prendre le risque de perdre de l'argent. Mais ce comportement privilégiant une grande prudence, ne coïncide pas avec les objectifs à long terme qu’ils se fixent.  

L’épargnant français privilégie une épargne de précaution

D’après l’étude d’AXA, les épargnants français restent peu confiants à l’égard de leur avenir financier. Et ce manque de confiance se révèle dès 30 ans. Car si 70 % des 55 ans et plus sont pessimistes quant à leur avenir financier, ils sont déjà 63 % à l’être dans la tranche d’âge 31-49 ans. Ce n’est que chez les 16-21 ans, qu’une large majorité (73 %) se montre confiante sur les trois années à venir.

Pour les auteurs de l’étude, ce manque de confiance est dû à la préoccupation première de se constituer une épargne de précaution qui incite peu l’épargnant à prendre des risques avec ses économies. Un tel comportement lui fait oublier ses objectifs financiers de long terme qu’il s’est pourtant fixés comme en premier lieu la préparation de la retraite.

Des épargnants peu enclins à prendre des risques

Ainsi dès le cap des 30 ans passé, quand il s’agit d’investir et de gérer ses placements le souhait de prendre des risques s’atténue avec l’âge. Ce qui fait dire aux auteurs : "dès 30 ans, les Français investissement comme s’ils en avaient 60".  

Les 22-30 ans sont 31 % à vouloir prendre des risques et ce taux chute à 21 % pour les 31-39 ans. Ils ne sont plus que 17 % pour les 40-54 ans à vouloir prendre du risque. Et en comparant à des actes de la vie quotidienne (dans leur carrière professionnelle, le sport ou les loisirs par exemple), cette volonté de prudence et la perception du risque sont exacerbés quand il s’agit de placements.

Un comportement prudent qui s’explique avant tout par la crainte de perdre de l’argent. En effet, 75 % des épargnants français préfèrent ne rien gagner plutôt que de prendre le risque de perdre. A noter que cette aversion au risque est plus forte chez les femmes que chez les hommes : elles sont 20 % à être prêtes à prendre des risques contre 29 % chez les hommes.

En pratique le comportement prudent se traduit par un taux de déte ntion de produits garantis et sans risque, très élevé. Ainsi 94 % ont du cash, 79 % un compte d’épargne, 36 % une assurance-vie en euros. Mais seulement 6 % ont une assurance-vie avec des unités de compte, 9 % des actions en direct.

Un comportement qui n’est pas en adéquation avec leurs objectifs et leurs attentes de rendement

Si une très grande majorité des épargnants choisissent des produits d'épargne très peu risqués, leurs espérances en termes de performance financière semblent en totale inadéquation avec ces choix et souvent éloignées de la réalité. En effet 70 % des Français interrogés espèrent une performance annuelle moyenne de leurs placements d’au moins 5 % !

En d’autres termes, leur allocation moyenne ne reflète ni leurs attentes en termes de performance de leurs placements ni d’objectifs de long terme. Les Français épargnent pour des projets de moyen ou long terme, comme la retraite par exemple, tout en restant sur des placements de court terme à la faible rentabilité.

Car, la part des actifs risqués comme les actions qui permettent d’espérer sur le long terme de des rendements élevés, reste très faible, quelles que soient les générations.

Selon les auteurs de l’étude ce manque de prise de risque est renforcée, par le manque de culture financière qui devrait pour eux devenir une priorité.

Crédit photo : istock