A lire dans la même thématique

Impôts 2020 : ce qui change pour vous

Comme chaque année, la Loi de finances prévoit des aménagements fiscaux. Quels changements pour vos impôts et taxes en 2020 ?

À chaque âge sa stratégie d’épargne. Lorsqu’on est jeune, étudiant ou que l’on débute dans la vie active, la priorité est la constitution d’un patrimoine aux bases solides.

À chaque âge sa stratégie d’épargne. Lorsqu’on est jeune, étudiant ou que l’on débute dans la vie active, la priorité est la constitution d’un patrimoine aux bases solides. Plus on avance en âge, plus la diversification devient possible.

On ne construit pas son patrimoine de la même manière selon qu’on soit étudiant, qu’on débute dans son premier emploi ou qu’on soit à la tête d’une famille. Quelles sont les priorités d’épargne lorsqu’on a entre 20 et 40 ans ?

Quelle stratégie d’épargne en fonction de ses besoins de ses projets et de son âge ?

Premier véhicule, premiers voyages lointains : lorsqu’on entre dans la vie active, les projets ont souvent une portée immédiate.

Entre 20 et 35 ans, il peut donc être intéressant de privilégier les supports dits liquides, c’est-à-dire ceux sur lesquels votre argent est disponible à tout moment. Peu ou pas fiscalisés et, surtout, sécurisés, les livrets d’épargne sont une option de placement à étudier quand on est jeune. Vous avez alors le choix entre les livrets réglementés (livret A, livret développement durable et solidaire ou LDDS…) et les livrets à taux boosté comme le Livret d'épargne BforBank. Le taux du livret A est garanti jusqu’en février 2020, mais pourrait passer de 0,75 % à 0,50 % après cette date.

Vers 35 ans, on continue de faire des projets mais les objectifs évoluent. On pense peut-être davantage à épargner pour ses enfants ou sa retraite. Compartimenter son épargne permet alors d’affecter à chaque produit un objectif bien précis. Vous pouvez par exemple ouvrir plusieurs livrets ou contrats d’assurance-vie. Attention, vous ne pouvez détenir qu’un seul livret A et LDDS.

A l’approche de la quarantaine, la carrière progresse et la capacité d’épargne aussi. C’est le début de la diversification patrimoniale. Pour profiter des opportunités qu’offrent les marchés financiers, vous pouvez ouvrir un plan d’épargne en actions (PEA) ou d’un compte-titres ordinaire. Placement de long terme, la Bourse est particulièrement adaptée à cette logique d’investissement sur le temps long. Toutefois, contrairement aux livrets et au fonds en euros de l’assurance-vie, il existe un risque de perte en capital.

L’assurance-vie pour les projets de moyen et long terme à tout âge

Lorsque vous investissez sur un contrat d’assurance-vie en euros, votre capital est garanti. Si on y ajoute une fiscalité attractive et une très grande simplicité d’utilisation, l’assurance-vie est une option à étudier aussi bien pour des placements de moyen à long terme que pour anticiper l’acquisition de votre résidence principale.

Quand on est jeune et que l’on a des projets plus ou moins définis, l’assurance-vie peut être une option pour mettre régulièrement de l’argent de côté. D’autant plus qu’avec l’assurance-vie, l’argent n’est bloqué. L’épargnant peut effectuer des retraits complets ou partiels à tout moment, moyennant l’application d’une fiscalité.

D’autre part, en vue de l’acquisition de votre résidence principale, vous pouvez vous constituer un apport petit à petit à travers la mise en place de versements programmés. Même en période de taux bas, disposer d’une épargne personnelle est très apprécié des banques, car cela couvre tout ou partie des "frais de notaire" qui ne sont pas récupérables en cas de revente prématurée du bien.

Bon à savoir

Bien épargner pour mieux emprunter Mettez toutes les chances de votre côté avec un dossier de qualité en vue d’emprunter. Valorisez votre capacité à épargner chaque mois et la bonne tenue de vos comptes. Montrez que vous avez des perspectives d’emploi. Enfin, mettez en évidence auprès de votre conseiller bancaire le fait que vous allez certainement, au cours de votre vie, souscrire de nouveaux produits (épargne boursière, investissement locatif…).

A la quarantaine, vous pouvez par exemple réaliser des arbitrages du fonds en euros vers les unités de compte (actions, obligations, fonds immobiliers…) sur votre contrat d’assurance-vie.

Vous comprendrez aisément pourquoi l’assurance-vie est très souvent comparé au « couteau suisse de l’épargne ».

N’oubliez pas votre épargne de précaution

En parallèle, se créer une épargne de précaution permet de faire face aux coups durs : panne de véhicule, chaudière à changer, baisse de revenus… Mettez de côté l’équivalent de trois mois de dépenses courantes pour être à l’abri. Vous pouvez alimenter votre livret via des mécanismes d’épargne automatique (arrondi au moment de chaque achat, versement programmé…).

Bon à savoir

Les livrets bancaires à taux boosté, notamment ceux distribués par les banques en ligne, peuvent constituer une solution intéressante pour placer une somme importante à court terme, par exemple à la suite d’un héritage ou d’une donation.

Vous avez entre 40 et 60 ans ? Retrouvez la suite de notre série le mois prochain, avec les grandes lignes de votre stratégie d’épargne.

Crédit photo : Getty images