A lire dans la même thématique

DSP2 : une sécurité renforcée pour vos opérations bancaires en ligne

En quoi consiste l’authentification forte exigée par la DSP2 ? Quel impact concret aura-t-elle pour les clients BforBank ? Décryptage.

Les fonds qui misent sur le thème de la disruption, c’est-à-dire sur une innovation de rupture, s’inscrivent dans une tendance prometteuse.

08 septembre 2020

Michel Lemosof

Les sociétés de gestion ne sont jamais avares de lancements de produits. Elles veulent se démarquer de la concurrence et séduire les investisseurs. Les fonds qui misent sur le thème de la disruption s’inscrivent dans une tendance prometteuse. Etat des lieux.

Co-créateur de l’agence de publicité BDDP, Jean-Marie Dru est l’auteur de Disruption, livre dans lequel il définit celle-ci comme une "méthodologie dynamique tournée vers la création". Le professeur d’université américain Clayton M. Christensen, qui a également écrit un ouvrage, The Innovator’s Dilemma, parle d’un processus qui "change un marché en l’ouvrant au plus grand nombre".

Le terme "disruption", qui désigne une innovation de rupture, s’applique à des sociétés qui, "bouleversent un ordre établi, soit en créant un nouveau marché, soit en transformant un marché existant"[1].

Dans le domaine de la gestion d’actifs financiers, identifier des entreprises qui sont à l’origine d’une redistribution des cartes – et qui sauront en tirer parti en démultipliant les fruits de leur invention – est gage de performance. De surcroît, la crise sanitaire a été un accélérateur de tendance dans des secteurs comme le commerce en ligne, le télétravail, la télémédecine, l’apprentissage à distance ou les loisirs "confinés".

Une dominante américaine

Les équipes de Pimco ont relevé, lors de leur 38e Forum séculaire, que les nouvelles technologies sont de meilleure qualité et qu’elles sont moins onéreuses.

« La technologie, a fait observer un intervenant, est en train de ruisseler d’une poignée de grands champions de la productivité vers les nombreux retardataires. »

Si beaucoup de supports misent sur l’avenir – en Bourse, personne n’achète le passé – en combinant différents thèmes, tels que l’économie digitale, la santé, les sciences de la vie, l’industrie 4.0, la protection de l’environnement, la transition énergétique, la voiture autonome ou les fintechs, certains fonds sont des fers de lance de la disruption.

Parmi ceux-là, il faut mentionner CPR Invest - Global Disruptive Opportunities, le plus important par la taille (2,8 milliards). En glissement sur trois ans, il a réalisé des performances annualisées de + 13,4 % !

Quelques noms de valeurs en portefeuille : Marvell Technology, Salesforce.com, Twilio, Palo Alto Networks, Schneider Electric, PayPal Holdings, TransUnion, SolarEdge Technologies, Edwards Lifesciences et Zendesk,.

Pluvalca Disruptive (éligible au PEA), Schroder ISF Global Disruption, Nordea 1 - Global Disruption, Vega Disruption et l’ETF Lyxor MSCI Disruptive Technology ESG Filtered, lancé en avril dernier, méritent aussi d’être cités.

[1] Wesley Lebeau, gérant actions thématiques

Crédit photo : Getty Images