A lire dans la même thématique

Quel budget prévoir pour les études supérieures de son enfant ?

Les études supérieures, ça coûte cher ! Logement, nourriture, école, frais de scolarité… Poste par poste, comment estimer au mieux le budget nécessaire pour un étudiant ?

Nombreux considèrent que les entreprises contrôlées ou dirigées par une famille sont plus attrayantes que les autres. Une quinzaine de fonds en ont fait leur univers d’investissement.

18 octobre 2022

La Rédaction

"Les entreprises familiales, fait observer le cabinet KPMG dans une note de circonstance, représentent plus des deux tiers du PIB et ne sont pas des entreprises comme les autres. Leur croissance et leur pérennité reposent sur le juste équilibre entre les activités opérationnelles de l’entreprise et les attentes des membres de la famille." Toute entreprise a été un jour créée par quelqu’un ! Mais, dans la plupart des cas, surtout après la troisième génération, la détention du capital et la direction ont fini par sortir du périmètre de la famille de la personne qui l’a fondée.

Les entreprises familiales ne manquent pas d’atouts : elles sont généralement gérées prudemment, préfèrent les fonds propres à l’emprunt et ont le souci du temps long. Elles offrent aussi une bonne diversification, que ce soit en termes de secteurs d’activité ou de taille de capitalisation boursière. A la Bourse de Paris, les petites et moyennes valeurs (Robertet, Derichebourg, Jacquet Metal Service, Hexaom, Touax…) côtoient les grandes (LVMH, Hermès International, Kering, Dassault Systèmes, Bolloré, Bouygues, BioMérieux…).

La recette du succès

Pour expliquer la réussite relative des sociétés familiales, Alain Caffort et Cyril Benier, gérants du fonds Pictet - Family (code Isin : LU0130732364), avancent trois raisons dans un document d’information : "D’abord, les familles ont tendance à investir la majeure partie de leur patrimoine dans ces sociétés. Ensuite, les entreprises familiales réinvestissent souvent une part plus grande de leurs profits que leurs concurrentes. Enfin, la stabilité de l’actionnariat permet aux dirigeants de ne pas être obsédés par les résultats du prochain trimestre." La principale ligne du portefeuille est Berkshire Hathaway, le holding de Warren Buffett.

Dans son dernier reporting, Adrien Taïeb, gérant du fonds MAM Entreprises (code Isin : FR0000988933), chez Meeschaert AM, cite ses cinq meilleures convictions du moment : LVMH, L’Oréal, Hermès International, Alten et Pernod Ricard. Olivier Flornoy, aux commandes de Flornoy Valeurs Familiales (code Isin : FR0011208297), a également jeté son dévolu sur LVMH, plus grosse pondération du fonds, devant Stellantis et Roche. Avec un score annualisé de + 8,8 % sur dix ans, l’un des fonds spécialisés en valeurs familiales parmi les plus performants est Allianz Actions Aequitas (code Isin : FR0000975880).

Pour la zone euro, LMdG Familles et Entrepreneurs (code Isin : FR0007082060) mérite d’être mentionné. Sur un plan mondial, Carmignac Portfolio Family Governed (code Isin : LU1966630706) tient bien son rang, avec une progression sur trois ans, dans une période compliquée, de 29,3 % (soit 8,7 points de pourcentage de plus que sa catégorie). Ses gérants, Mark Denham et Obe Ejikeme, ont géographiquement privilégié les Etats-Unis et, sectoriellement, la santé. "Familles, je vous hais !", avait écrit André Gide. Un avis que les investisseurs ne partagent pas forcément…

Crédit photo : Getty Images