A lire dans la même thématique

DSP2 : une sécurité renforcée pour vos opérations bancaires en ligne

En quoi consiste l’authentification forte exigée par la DSP2 ? Quel impact concret aura-t-elle pour les clients BforBank ? Décryptage.

Les sociétés cotées contrôlées par des familles sont souvent plus performantes à long terme que les autres. Nous faisons le point et listons des fonds spécialisés.

06 décembre 2019

Michel Lemosof

Les sociétés cotées contrôlées par des familles sont souvent plus performantes à long terme que les autres. Leurs dirigeants prennent des décisions en évitant de prendre trop de risques pour valoriser rapidement leurs cours de Bourse. Nous faisons le point et listons des fonds spécialisés.

En Europe, grâce aux richesses qu’elles créent, les sociétés familiales représentent plus de la moitié du PIB. Selon l’European Family Businesses, on y dénombre 14 millions de structures de ce type. Mais celles qui sont cotées en Bourse sont moins d’un millier. Que ce soit en termes de secteur d’activité ou de capitalisation boursière, elles offrent tout de même une large diversification. Et le monde ne se limite pas à l’Europe ! Quelques noms de valeurs familiales françaises : LVMH, Pernod Ricard, Dassault Systèmes, Peugeot, Bouygues, Biomérieux, Seb, Ipsen, Robertet, Virbac, Ipsos, Akka Technologies, Devoteam, Derichebourg, Hexaom…

« Les entreprises familiales, souligne dans un rapport d’activité Philippe Oddo, président du conseil d’administration de Oddo BHF Asset Management, investissent régulièrement et bénéficient d’un actionnariat stable, générant une performance supérieure aux indices sur la durée. »

Dès 1996, Oddo BHF AM a lancé Oddo BHF Génération, un fonds d’actions européennes dont l’objectif est d’investir dans des sociétés où des familles sont généralement majoritaires.

Culture d’entreprise et implication personnelle

Les sociétés familiales n’hésitent pas à s’internationaliser, à innover, à renforcer leur gouvernance, à attirer des talents et à former des successeurs. Dans son étude intitulée La croissance cachée des entreprises familiales, le cabinet KPMG relève que les entrepreneurs familiaux préfèrent l’augmentation de la rentabilité à celle du chiffre d’affaires et ne recherchent pas le profit immédiat.

« Ces stratégies, précisent ses rédacteurs, leur procurent une assise financière et une indépendance qui leur permettent de traverser moins difficilement les périodes de régression économique. »

Ivan Bouillot, gérant du fonds BL European Family Businesses (Banque de Luxembourg Investissement), a précisé, lors d’une conférence de presse, qu’il utilise un filtre avant de sélectionner les entreprises :

« 25 % des droits de vote doivent être dans les mains d’une famille. Un pourcentage qui peut descendre à 20 % si un membre d’une famille exerce une fonction de directeur général ou de président. »

Parmi les fonds qui jouent la carte de la famille, citons aussi MAM Entreprises Familiales, Flornoy Valeurs Familiales, Allianz Actions Aequitas, LO Funds - Continental Europe Family Leaders, Palatine Entreprises Familiales ISR, Gestys Valeurs Familiales, Europe Entrepreneurs et Richelieu Family Small Cap.

Enfin, signalons qu’Euronext a élaboré le Family Business Index (code Isin : NL0012171292), une référence à dominante tricolore qui permet de suivre aisément l’évolution de ce segment de la cote (+ 11,1 %, par exemple, sur les onze premiers mois de l’année 2019).

Crédit photo : Getty Images