A lire dans la même thématique

Point marché Amundi - septembre 2018

En 2 minutes, découvrez le décryptage des marchés en septembre 2018 par Sylvia Bocchiotti, experte Amundi Asset Management.

Les références boursières ont pris une grande importance. Il en existe des milliers à travers le monde ! L’une des plus célèbres est le Cac 40. Le point sur le sujet.

12 septembre 2018

Michel Lemosof

Les références boursières ont pris une grande importance. Il en existe des milliers à travers le monde ! L’une des plus célèbres est le Cac 40. Le point sur le sujet.

Il y a d’innombrables variétés d’indices boursiers, qui diffèrent selon les sociétés qui les élaborent, les régions, les classes d’actifs, les segments de marché, les secteurs, les styles, les stratégies et les thèmes (comme l’investissement socialement responsable). De surcroît, certains gestionnaires se servent d’indices composites : 50 % d’un indice actions et 50 % d’un indice monétaire, par exemple, dans le cadre d’une diversification de portefeuille.

Les indices constituent un indicateur de la santé des émetteurs qui en sont les composantes. Ils peuvent ainsi refléter le dynamisme économique d’un pays vu sous l’angle boursier. Ils facilitent l’appréciation des évolutions de marché les unes par rapport aux autres et constituent un moyen de mesurer les résultats d’une gestion de portefeuille. Disposer d’un benchmark est très pratique pour étalonner les performances réalisées et les risques pris. Au passage, cela permet de calculer d’éventuelles commissions de surperformance (20 %, par exemple, au-delà du niveau de la référence choisie). Enfin, grâce aux Exchange Traded Funds (ETF, ou trackers), les indices sont eux-mêmes des supports d’investissement.

Le Cac 40, une référence rentable

C’est aux États-Unis, en 1884, que Charles Dow et Edward Jones ont publié le premier indice boursier, pour les sociétés ferroviaires. Douze ans plus tard, l’ancêtre de l’actuel indice Dow Jones naissait. Il permettait de suivre les variations quotidiennes d’un échantillon de valeurs industrielles. Les indices relèvent d’un véritable business. Standard & Poor’s, Morgan Stanley Capital International (MSCI), Russell, Financial Times Stock Exchange ou encore NYSE Euronext se livrent une âpre concurrence.

Plusieurs techniques de construction sont utilisées : capitalisation boursière, prix des titres, flottant (fraction du capital en circulation dans le public), volumes de transaction... Le Dow Jones équivaut à la valeur, en dollar, d’un compte-titres d’actions de trente prestigieuses entreprises américaines. Quelles que soient leurs tailles, ces sociétés y ont la même influence. Certains fabricants réinvestissent les dividendes, comme pour le Dax 30. Certains ne le font pas, comme pour le Cac 40. Cela dit, il existe une version de l’indice français dans laquelle les coupons sont réinvestis et une version de son homologue allemand dans laquelle ils ne le sont pas. Créé le 31 décembre 1987, le Cac 40 est rafraîchi toutes les 15 secondes. En dépit de turbulences parfois très fortes, il a progressé depuis l’origine de 451 % (à fin juillet 2018). Dividendes réinvestis, la hausse est de 1.025 %, soit une moyenne annuelle de + 8,6 %

L’une des grandes forces des indices est qu’ils n’ont pas d’état d’âme et qu’ils se renouvellent au fil du temps. S’ils n’existaient pas, il faudrait les inventer !

Crédit photo : istock