A lire dans la même thématique

Qu’est-ce que la taxonomie verte ?

Une nouvelle réglementation européenne établit un classement des activités vertes. Un moyen d’orienter les flux d’investissement vers les secteurs qui portent des valeurs environnementales.

L’économie circulaire est une notion qui fait passer du tout jetable au réutilisable. Quelques gestionnaires ont lancé des fonds qui illustrent cette thématique.

09 décembre 2021

Michel Lemosof

"L’économie circulaire, précise le ministère de la Transition écologique sur son site Internet, consiste à produire des biens et des services de manière durable en limitant la consommation et le gaspillage des ressources et la production des déchets." 

Selon le Boston Consulting Group, elle pourrait en 2030 représenter dans le monde 3.750 milliards de dollars. Le World Economic Forum est revenu cet été sur l’essor de l’économie circulaire, qui promeut la diminution des déchets grâce à la réutilisation des ressources. Avec un constat : la production de déchets solides, qui était de 25 milliards de tonnes en 1990, pourrait atteindre 140 milliards de tonnes en 2050 !

De son côté, la Fondation Ellen MacArthur estime qu’environ 1,3 milliard de tonnes de déchets plastiques sera déversé dans l’environnement d’ici à 2040. 14 % du plastique est recyclé, mais seulement 2 % est converti pour un usage identique au précédent.

"L’économie circulaire, font observer les experts de Mandarine Gestion dans un commentaire ciblé, n’est plus un concept mais devient réalité pour un nombre croissant d’entreprises désireuses de réduire leur empreinte sur l’environnement."

Une couverture planétaire

Mandarine Gestion s’intéresse, par exemple, à l’allemand Befesa, n° 1 du recyclage des résidus dangereux des industries de l’acier et de l’aluminium, et à l’autrichien Lenzig, spécialiste de la production de fibres à base de bois destinées à l’industrie textile. Le premier construit actuellement deux usines en Chine. Le second a développé un partenariat avec le suédois Södra. Parmi les fonds qui ont fait de l’économie circulaire leur univers d’investissement se trouvent BlackRock Global Funds - Circular Economy Fund (code Isin : LU2041044178), le plus important avec une taille supérieure à plus de 2 milliards d’euros, Candriam Sustainable Equity Circular Economy (code Isin : LU2109441175) et RobecoSam Circular Economy Equities (code Isin : LU2092758999).

S’y ajoute l’ETF BNPP Easy ECPI Circular Economy Leaders (mnémo : REUSE), qui réplique l’indice boursier mondial ECPI Circular Economy Leaders en investissant dans les actions émises par des sociétés dont se compose cette référence, laquelle mesure la performance d’entreprises participant aux activités d’économie circulaire. Principales positions : Advanced Micro Devices, Nvidia, Intuit, Lowe’s Companies, Ford Motor, ASML Holding, DSM, Autozone, Mitsubishi et Waste Management.

Le fonds Circular Economy de BlackRock, lui, sélectionne des sociétés qui sont les mieux notées d’un point de vue extra-financier et qui, notamment, cherchent à minimiser les volumes de déchets en prenant mieux en considération le cycle de vie des matériaux. Le portefeuille comprend des valeurs comme Veolia Environnement, Nike, Microsoft, ASML Holding, Bureau Veritas, Agilent Technologies, Sika, L’Oréal, Avery Dennison et Keyence.

Crédit Photo : Getty Images