A lire dans la même thématique

Retrait, clôture d’un PEA : comment s’appliquent les prélèvements sociaux ?

L’avantage du plan d’épargne en actions est une exonération de l’impôt sur le revenu à la condition de le détenir au moins depuis cinq ans. Mais les prélèvements sociaux restent dus.

Qu'est-ce qu'une gestion flexibles ? Sur quel(s) fond(s) flexible(s) placer votre argent ? Toutes les réponses et bien plus juste ici.

09 avril 2018

Michel Lemosof

Pour éviter d’être "prisonnier" d’une tendance de marché, quand celle-ci est défavorable, le mieux est d’avoir recours à des véhicules pilotés par des adeptes de la gestion flexible.

La gestion flexible permet de capter une part de la progression des marchés d’actions et de limiter l’impact de leur recul. L’allocation d’actifs (actions, obligations, monétaire) évolue dans le temps. Grâce à la liberté dont disposent les gérants, le couple rendement espéré/risque encouru est optimisé. Du fait de l’asymétrie entre les répercussions des hausses et des baisses, les performances des fonds qualifiés de "flexibles" sont plus régulières que celles des autres fonds.

Les fonds flexibles – qui appartiennent à la famille des fonds diversifiés – n’ont pas de définition officielle. Chacun peut donc avoir sa propre idée de la flexibilité et sa façon de la mettre en œuvre. Cela dit, le "vrai" fonds flexible est celui dont l’équipe de gestion peut déplacer le curseur du risque "action" de 0 à 100 %. Tout dépend de son expérience, de ses anticipations, de son appréhension des opportunités de marché et des modèles qu’elle applique, sans oublier sa capacité à prendre rapidement des décisions.

Tabler sur 5 % par an

Il existe beaucoup de fonds flexibles. Le compartiment est hétérogène. Le processus d’investissement de Dorval Convictions, par exemple, s’appuie sur quatre moteurs de performance : taux d’exposition aux actions européennes (3 % au moment de la faillite de Lehman Brothers, en 2008 et, récemment, 76 %), thématiques (numérisation, reprise économique…), pondérations par taille de capitalisation boursière et sélection de valeurs. Ses gérants s’intéressent aux données macroéconomiques et microéconomiques, aux niveaux de valorisation et à la dynamique de marché.

Autre support en vue : Sextant Grand Large (Amiral Gestion). Il s’agit d’un fonds dont l’exposition « action » peut aussi varier de 0 à 100 %. Les titres sont choisis un par un, dans le monde entier (France, Corée, États-Unis…). Amundi Patrimoine, R Valor, Sycomore Partners, Mandarine Reflex, Gaspal Patrimoine, Gutenberg Patrimoine, Rouvier Valeurs, Talence Optimal, HMG Rendement et Otea 1 font aussi partie du haut du panier.

Aux avantages qui sont traditionnellement attachés aux organismes de placement collectif s’ajoute un précieux service : celui de faire évoluer les allocations d’actifs en fonction des phases et des perspectives de marché, sachant que le market timing est ce qu’il y a de plus difficile à réaliser. Attention ! Les écarts de performance d’un fonds à l’autre sont légion. Et, revers de la médaille, s’ils protègent dans les baisses, les fonds flexibles – qui ne sont pas en permanence investi à 100 % en actions – offrent un potentiel de gain inférieur à celui des indices dans les hausses. Les meilleurs d’entre eux devraient, au demeurant, continuer à délivrer une performance de l’ordre de 5 % par an, en moyenne, sur des périodes de cinq ans.

Crédit photo : ipopba