A lire dans la même thématique

Les banques en ligne sont-elles aussi sûres que les banques traditionnelles ?

Les banques en ligne et les néobanques sont-elles sûres ? Cette question est légitime et il existe au moins trois façons d’y répondre positivement.

De nombreuses sociétés se développent pour tirer parti des modes de vie, de consommation et d’investissement des millennials. Quatre fonds permettent de miser sur ce thème porteur.

18 septembre 2019

Michel Lemosof

Dans différentes zones géographiques, nombre de sociétés cotées en Bourse, notamment dans le secteur du digital, se développent pour tirer parti des modes de vie, de consommation et d’investissement des millennials. Quatre fonds permettent de miser sur ce thème porteur.

La génération Y se compose des millennials, c’est-à-dire des personnes nées entre 1980 et 2000. Dans une analyse sur la démographie, Tikehau Capital souligne que celles-ci auront plusieurs vies professionnelles et qu’elles ont, en outre, une aversion pour le risque financier, « exigeant un profit rapide de leur travail ou de leurs investissements ».

En 2030, cette génération représentera 75 % des actifs, contre actuellement 27 %. Selon Wealth-X, les 30.000 digital natives français les plus fortunés possèdent 36 milliards d’euros, soit 3 % du patrimoine de l’ensemble des millionnaires de l’Hexagone. Toutefois, dans trente ans, prévoit l’économiste Nicolas Bouzou, ce sont des millennials qui détiendront plus de 80 % du patrimoine des plus riches !(1)

Les bénéficiaires du millénaire

Dans un entretien au magazine Le Revenu, Basile Devedjian et Benoît Pelloile, responsables du fonds Vega Millennials (Isin : FR0013379054), précisent que les millennials, qui ont grandi avec la mondialisation et Internet, achètent plus de produits et de services en ligne provenant d’entreprises basées dans le monde entier, privilégient la location (plutôt que l’accès à la propriété) et s’abonnent à des services vidéo à la demande ou à des applications mobiles. Et d’affirmer :

« Les entreprises n’ont pas d’autre choix que de réinventer leur modèle économique. »

Ils investissent en actions (Microsoft, Amazon.com, United Technologies, Palo Alto Networks…), mais également en part d’organismes de placement collectif, comme Goldman Sachs Global Millennials Equity Portfolio (Isin : LU2011196180), dont la performance annualisée des cinq dernières années est, à mi-septembre 2019, supérieure à 10 %.

« L’équipe Fundamental Equity de Goldman Sachs AM, qui mobilise soixante professionnels de l’investissement, explique sur le site du gestionnaire Laura Destribats, co-portfolio manager, a créé un univers de sociétés dont les modèles commerciaux sont en phase avec les attentes de la génération Y. »

Principales positions : les chinois Tencent Holdings et NetEase et les américains Walt Disney et Electronic Arts.

Les gérants d’Athymis Millennial (Isin : FR0013173374), Hicham El Aissaoui et Sébastien Peltier, font aussi leur marché dans divers secteurs : réseaux sociaux, high tech, consommation, restauration, éducation, emploi, finance, prêt-à-porter, divertissements, loisirs, voyages, santé, fitness…

« Nous préférons, résument-ils dans une présentation produit, l’adaptation au changement à la recherche de rentes. »

Enfin, il faut citer Decalia Millennials (Isin : LU1718720573), que pilotent Clément Maclou et Damien Weyermann.

En savoir plus sur les OPCVM et fonds sélectionnés par BforBank

(1)Etude réalisée par le cabinet Asterès pour Neuflize OBC

Crédit photo : Getty Images