A lire dans la même thématique

Les économies émergentes bientôt en danger ?

Le durcissement de la politique monétaire américaine n’est pas sans conséquences sur l’économie des pays émergents.

La thématique « infrastructures » a le vent en poupe ! Il s’agit d’une tendance qui s’inscrit dans le long terme et qu’il est possible d’accompagner en diversification de portefeuille.

11 octobre 2022

La Rédaction

Fin septembre, Quantalys a dressé un bilan de la collecte sur le marché français de la gestion collective. Dans la catégorie des produits thématiques (plus de 600 !), trois fonds spécialisés sur les infrastructures figurent dans le Top 5, avec des souscriptions cumulées de 3,6 milliards d’euros pour l’année en cours. Ces fonds affichent sur un an des performances très correctes, en moyenne proches de 5 %, alors que le marché mondial des actions a cédé plus de 17 %.

Les infrastructures offrent un rendement des dividendes plus élevé et une volatilité plus basse que l’ensemble des secteurs. Elles sont aussi décorrélées de l’inflation. De surcroît, elles font l’objet d’énormes plans d’investissement de la part des Etats et couvrent une grande diversité d’activités stratégiques : réseaux optiques, tours de communication, eau, réseaux de pipelines, aéroports, ports, écoles, universités, hôpitaux, ressources renouvelables, satellites, centres de données, etc. "Dans le domaine des actifs réels, M&G Investments est l’un des plus gros acteurs en Europe, notamment sur les infrastructures", a déclaré dans un entretien à Gestion de Fortune Brice Anger, directeur général France de M&G Investments.

Une forte appétence

Le gestionnaire britannique propose un fonds d’actions internationales, M&G (Lux) Global Listed Infrastructure (code Isin : LU1665237704). Celui-ci est classifié Article 9 de la réglementation européenne Sustainable Financial Disclosure Regulation, le plus exigeant en termes de finance durable et d’impact positif. Ce fonds, que gère Alex Araujo, répond bien à une double dynamique porteuse : la thématique des infrastructures et l’intégration des critères extra-financiers ESG (environnement, social, gouvernance). Le portefeuille regroupe une cinquantaine de lignes de toutes tailles de capitalisation boursière, dont E.ON, Enel, AES Corporation, PrairieSky Royalty, Transurban Group, Vinci, TC Energy, Edison International, Crown Castle et Gibson Energy.

D’autres fonds misent sur le même thème, à l’instar de DWS Invest Global Infrastructure (code Isin : LU0329760770), de Swiss Life Funds (Lux) Equity Green Buildings & Infrastructure Impact (code Isin : LU2350031394), de création récente, et de DNCA Invest Euro Smart Cities (code Isin : LU2344314716), qui a absorbé en mai dernier DNCA Beyond Infrastructure & Transition. Il y a également quelques ETF, comme Amundi Global Infrastructure (code Isin : LU1589350310), qui réplique l’indice Solactive Global Infrastructure Low Earnings Volatility, ou Invesco Morningstar US Energy Infrastructure MLP (code Isin : IE00B94ZB998).

"La thématique des infrastructures, a souligné dans un point presse Mario Petrachi, directeur commercial France et Luxembourg chez Generali Investments, rencontre une forte appétence de la part des clients qui y voient un bon moyen de traverser sans trop d’encombres les soubresauts actuels."

Crédit photo : Getty Images