A lire dans la même thématique

Quelle taxation pour votre épargne en 2018 ?

Comment certaines mesures votées fin 2017 impacteront la taxation de votre l’épargne en 2018 ?

Le CAC 40 a retrouvé récemment ses plus hauts depuis 2008, mais si l’on tient compte des dividendes qu’en est-il ?

La presse s’est fait écho fin avril 2017 du retour du CAC 40 à ses niveaux de 2008. L’indice dépassait alors les 5 280 points niveau jamais réatteint depuis janvier 2008.

Mais quelle est la réalité de la performance des actions ces dernières années ? Si le CAC 40 reste la référence, il convient de préciser que cet indice ne tient pas compte des dividendes comme c’est notamment le cas pour l’indice allemand le DAX, auquel il est souvent comparé.

Pour avoir une meilleure idée de la performance il vaut mieux examiner l’indice CAC 40 GR qui tient compte des dividendes et donne une toute autre dimension à la performance des actions sur les 10 dernières années.

Le CAC 40 GR : un indice trop méconnu

Comme de nombreux indices à travers le monde, le cours du CAC 40 est le résultat d’un calcul d'une moyenne pondérée par la capitalisation de chacune des valeurs qui le composent.

De nombreux épargnants ignorent qu’il existe en général plusieurs versions d'un même indice actions : avec ou sans dividendes réinvestis.

En France, le CAC 40 GR et le CAC 40 sont composés des 40 mêmes sociétés mais ils se distinguent par leur mode de calcul. Ainsi le CAC 40 mesure uniquement l’évolution des cours des sociétés qui le composent ; c’est la version « prix ».

Mais il existe une autre version qui intègre le montant des dividendes versés et réinvestis en actions de ces entreprises appellé CAC 40 GR, qui constitue la version « total return » ou encore la « version performance ».

Une différence très importante sur la durée

Dans la performance d’un placement actions, il y a deux éléments à prendre en compte:

  • l'évolution du cours du titre sur le marché qui se traduit à la hausse par une plus-value,
  • le dividende perçu en général chaque année.

Hors plus la durée de détention est longue, plus la prise en compte du dividende - si on part de l’hypothèse qu’il est réinvesti - est importante.

Des comparaisons plus significatives

Sur très longue période, depuis la création du CAC 40 (base 1000) en décembre 1987 soit 30 ans que donne la comparaison ?

Le 24 avril 2017 le niveau du CAC 40 était de 5 268 points ; celui du CAC 40 GR de 13 059 points soit 2.5 x plus. Cet écart se creuse au fil du temps en raison des montants des dividendes versés depuis la création de l’indice - le 31 décembre 1987.

Plus près de nous : depuis le creux de 2009, il y a un peu plus de 8 ans (9 mars 2009 à 2519,29), le CAC 40 GR (4 623 points) a presque triplé (+182 %) contre un peu plus d’un doublement (+109 %) pour le CAC 40 !

Quand le CAC 40 bat le DAX

Selon les pays, c’est l’utilisation de l’une ou de l’autre version des indices qui est le plus couramment utilisée, ce qui peut également fausser les comparaisons internationales.

Ainsi en France, on utilise comme référence la version prix (CAC 40) alors qu’en Allemagne, l’indice de référence, le DAX, est un indice dividendes réinvestis. Pourtant ces deux indices font souvent l’objet de comparaisons -le retard du CAC 40 par rapport à son « homologue » allemand étant souvent évoqué! Dans ce cas précis, c’est donc le CAC 40 GR qui permet une comparaison plus fine ….et réelle.

Depuis qu’ils ont été créés en 1987 base 1000, la prise en compte des dividendes pour le DAX explique en grande partie de la différence avec le CAC 40. Démonstration avec le match DAX/CAC 40 GR. A noter que la version sans dividendes du DAX existe, c’est le Kursindex.

Indices de clôture au 24 avril 2017 (base 1 000 en décembre 1987)

  • DAX : 12454
  • CAC GR : 13 423
  • Le kursindex : 6020
  • CAC 40 : 5268

L’évocation de l’indice CAC 40 GR présenterait donc une vison plus proche de la réalité de la rentabilité d’un placement actions mais aussi plus … pédagogique.