A lire dans la même thématique

Prêts étudiants : que savoir avant d’y recourir

Des études longues et coûteuses impliquent souvent pour l’étudiant le recours à un prêt. Comment avoir un prêt étudiant ?

Le concept de développement durable est au cœur des préoccupations pour parvenir à un avenir meilleur et plus durable pour tous. Quelle place accorder à l’ISR dans son portefeuille ?

18 octobre 2019

Michel Lemosof

Le concept de développement durable est au cœur des préoccupations pour parvenir à un avenir meilleur et plus durable pour tous. Dans la gestion d’actifs financiers, cela se traduit par la généralisation de la prise en compte des critères de l’investissement socialement responsable (ISR). Une lame de fond ! Quelle place accorder à l’ISR dans son portefeuille ?

Les investisseurs institutionnels ont été les premiers à appréhender les répercussions des principes de l’investissement responsable sur les performances économiques et boursières des entreprises. Les investisseurs individuels, notamment les plus jeunes, qui veulent donner du sens à leur épargne, se sont ensuite, eux aussi, intéressés aux critères ESG (environnementaux, sociaux/sociétaux, gouvernance).

Le Baromètre CPR Asset Management-Deloitte 2019 montre que cela fait d’ailleurs partie de leurs priorités. De leur côté, les sociétés de gestion transforment leurs gammes et créent de nouveaux fonds. Amundi, par exemple, le plus important gestionnaire européen a, l’an dernier, annoncé qu’il allait devenir « 100 % ESG » d’ici à fin 2021.

Aujourd’hui, trois types de fonds coexistent :

  • ceux qui sont labellisés ISR, comme Allianz Valeurs Durables, Carmignac Emergents, Ecofi Enjeux Futurs ou Sycomore Happy@Word,
  • ceux qui n’ont pas le Label ISR d’Etat mais qui ont recours à l’analyse extra-financière, à l’instar de Comgest Growth Europe Smaller Companies, Echiquier Entrepreneurs, Morgan Stanley - Global Opportunity Fund ou Oddo BHF Avenir Europe,
  • et ceux qui, de moins en moins nombreux, sont gérés sans référence explicite à l’ISR, à l’image de HMG Découvertes, Dorval Manageurs, Eleva Euroland Selection ou Martin Maurel Senior Plus.

Un rendement additionnel

D’après La Financière de l’Echiquier, les entreprises les plus « responsables » obtiennent de meilleures performances. Ce que confirme un document de la Lyxor Research Academy.

L’exclusion de 50 % des entreprises aux notes ESG les plus faibles d’un portefeuille d’actions européennes, précise Marlène Hassine Konqui, responsable de la recherche ETF chez Lyxor, a ajouté 2,3 % par an de rendement sur dix ans.

Il est admis que 80 % de la performance dépendent de l’allocation d’actifs, 20 % provenant de la sélection des produits. Cela signifie que les stratégies de base – qui correspondent au cœur du portefeuille – constituent le moteur principal de la plus-value.

Il n’y a pas de solution standard, reconnaît dans une note de synthèse Laurent Ramsey, managing partner et chief executive officer de Pictet AM, mais plus nous nous projetons à long terme, plus il devient probable que le capitalisme responsable représente le meilleur moyen pour les investisseurs de réussir.

Les fonds ISR peuvent d’autant plus constituer le socle d’un portefeuille qu’ils s’accommodent parfaitement de la durée, ce qui n’a rien d’étonnant s’agissant de développement… durable ! L’assurance-vie, l’épargne salariale, le PEA et les nouvelles formules d’épargne retraite, qui favorisent l’épargne longue, sont donc autant d’enveloppes fiscales appropriées.

Crédit photo : Getty Images