A lire dans la même thématique

Bourse : des stratégies de gestion axées sur l’eau

Indispensable à la vie, l’eau est aussi une ressource rare. Trois sociétés de gestion, notamment, proposent un fonds spécialisé sur cette thématique dont l’attrait n’est pas près de se tarir.

Certaines sociétés quittent la cote. D’autres y entrent. En 2018, l’environnement devrait rester favorable aux fusions-acquisitions et aux introductions en Bourse, facteurs d’animation du marché.

15 janvier 2018

Michel Lemosof

Les fusions-acquisitions (en anglais Mergers & Acquisitions ou, en abrégé, M&A) permettent aux sociétés de grossir en prenant le contrôle de concurrentes. L’estimation d’expansion économique mondiale pour 2018 reste modeste (de l’ordre de 3 %). Pour augmenter leurs chiffres d’affaires et améliorer leurs bases de coûts, les groupes cotés seront donc encore à l’affût d’opérations de croissance externe. Objectif : augmenter le bénéfice par action, moteur de la hausse du cours et source de futurs dividendes.

Les introductions en Bourse (en anglais Initial Public Offering ou, en abrégé, IPO), elles, permettent aux sociétés de lever des capitaux et aux investisseurs historiques de vendre des titres. Ces entreprises gagnent en notoriété et font profiter les actionnaires de la liquidité inhérente à la cotation, consolident leurs fonds propres et diversifient leurs sources de financement, peuvent "battre monnaie" (procéder à des augmentations de capital) et sont mieux armées pour s’engager dans des opérations de croissance externe.

Des marques qui poussent leurs pions

La firme EY relève que 2017 a été l’année la plus active depuis la crise financière de 2008 en matière d’IPO. Dans le monde, le nombre d’opérations s’est élevé à 1 624 (contre 1 093 en 2016). L’Asie a été très dynamique (60 % des opérations et 40 % des fonds levés). Ce regain d’activité s’explique par un contexte propice, largement lié aux bonnes performances des marchés à risque. En collaboration avec Oxford Economics, le cabinet Baker McKenzie a réalisé une étude prospective, pour la période 2017-2020, sur les fusions-acquisitions et les introductions en Bourse. Il en ressort qu’un pic devrait être atteint en 2018, avec 2 966 milliards de dollars en M&A et 275 milliards de dollars en IPO. La progression anticipée dans ce domaine est plus forte, nombre d’entreprises ayant reporté leur projet de cotation en raison d’incertitudes économiques et politiques appelées à se dissiper.

En France, les M&A pourraient faire un nouveau bond annuel, à 77,5 milliards d’euros (+ 31 % par rapport à 2017), et les IPO plus que doubler, à 4,9 milliards d’euros (+ 114 %). L’an dernier, SMCP (marques de prêt-à-porter Sandro, Maje et Claudie Pierlot), ALD, (filiale de la Société Générale spécialisée dans l’automobile), Carmila, foncière de centres commerciaux adossée à Carrefour, X-Fab (micro-électronique) et Maisons du Monde (mobilier, articles de décoration), notamment, ont franchi les portes de la Bourse. En 2018, plusieurs nouvelles recrues (Afflelou, La Française des Jeux, OVH, Universal Music, Verallia ou certaines participations, non cotées, détenues par Wendel…) pourraient les y rejoindre. Un tiers de la cote se renouvellerait tous les trente ans….

Crédit Photo : People Images