A lire dans la même thématique

Quelle taxation pour votre épargne en 2018 ?

Comment certaines mesures votées fin 2017 impacteront la taxation de votre l’épargne en 2018 ?

Le cinquième observatoire UFF/IFOP de la clientèle patrimoniale a été publié le 16 octobre. Il traduit une moindre aversion au risque de la part des ménages aisés

Les médias reprenaient hier matin - le 16 octobre 2013 - les grandes lignes de la 5e édition de « L'Observatoire UFF/Ifop de la clientèle patrimoniale » présentée le même jour. Cette étude est réalisée auprès de 300 personnes détenant entre 450 000 euros et 3 millions d’euros - immobilier compris -, dont un minimum de 30 000 euros de patrimoine financier. S’il ressort que l’aversion au risque semble diminuer chez les ménages aisés par rapport à l’an dernier, «  les Français placent encore leur épargne avec prudence », concluent toutefois Les Échos

Une moindre aversion au risque

Ceux des épargnants qui détiennent un patrimoine compris entre 450 000 et 3 millions d’euros semblent moins averses au risque cette année par rapport à 2012. Si « la part d'épargnants pour lesquels le niveau de sécurité est un critère de choix important a reculé de 40 à 33 % », toutefois le tiercé de tête des placements vers lesquels ces épargnants se dirigeraient ne semble pas le démontrer, note Les Échos. En effet « les produits à capital garanti, l'assurance-vie en euros et l'immobilier locatif forment le tiercé de tête », ajoute le quotidien.

Les Français feraient donc toujours preuve d’une grande prudence ? Si les placements sécurisés arrivent toujours en tête, c’est néanmoins avec des chiffres en recul par rapport à l’an dernier.

Prêts à investir davantage en actions ?

Sur fond d’éloignement de la crise de la dette marqué par un retour de la confiance des marchés, les épargnants sont moins pessimistes sur les marchés financiers. La part des épargnants interrogés, optimistes sur l'évolution des marchés financiers dans les 6 prochains, a presque doublé passant de 25 % en 2012 à 48 %.

La conséquence de cette perception plus positive amène les épargnants à modifier leurs perspectives d’investissement. Ainsi, 39 % des personnes interrogées estiment que le moment est opportun pour investir dans les actions, contre 24 % en 2012. Les perspectives d'allocation d'épargne apparaissent donc évoluer vers les placements « à risque ».

En toute logique le même sentiment ressort pour les assurances-vie multisupport : puisque pour presque la moitié - 49 % - des sondés : « c'est le bon moment pour investir » dans ces produits, contre seulement 32 % un an plus tôt.

« À quelques semaines du lancement du PEA PME, les Français interrogés sont 22 % à se dire intéressés par l'investissement dans une PME non cotée », note les Échos.

Les ménages aisés ont préparé leur retraite

Le site tout sur ma retraite retient de cette étude que les Français aisés sont moins inquiets sur leur retraite. En effet, dans cette cible 57 % des épargnants se déclarent inquiets quant au financement de sa retraite alors que d'après un sondage Ifop pour le Pèlerin Magazine fin août 79 % des Français étaient inquiets, rappelle le site.

L’explication : 78 % de cette clientèle patrimoniale a préparé sa retraite et a surtout commencé jeune, en moyenne à 35 ans. Les dispositions financières concernent en priorité l'assurance-vie (83 %), suivi de l'immobilier (72 %) et les placements financiers (67 %). Les produits d'épargne retraite et l'épargne salariale arrivent seulement en quatrième position (43 %), note le site spécialisé sur la retraite.