A lire dans la même thématique

Les Français et l’ISR : une prise de conscience peu suivie d’effet

S’il est très prisé des institutionnels, seuls les particuliers qui veulent donner un sens à leur épargne s’intéressent vraiment à l’investissement socialement responsable (ISR).

Présenté par Silvia Bocchiotti, Gestion Multi Asset, Directeur de l’Advisory retail et responsable de la sélection des fonds tiers

12 septembre 2017

Amundi Asset Management

Pendant le mois d’août, les actions internationales sont restées relativement stables avec des indices américains qui se maintiennent sur des niveaux records et ceci, malgré les tensions géopolitiques avec la Corée du Nord.

Cette relative stabilité des marchés actions contraste avec la forte volatilité sur le marché des devises.

Le dollar s’est en effet considérablement affaibli notamment face à l’euro. Les errements de Donald Trump sur sa politique intérieuremais également sur sa politique extérieure, affaiblissent la crédibilité du gouvernement américain quant à sa capacité à se focaliser sur la croissance et la réforme fiscale.

La faiblesse du dollar est d’autant plus surprenante que la Fed remonte ses taux directeurs depuis décembre 2015, et qu’elle envisage de réduire son bilan prochainement.

Cependant, malgré le retard des reformes aux USA, la reprise mondiale reste solide et synchronisée; la croissance mondiale du deuxième trimestre a été la
plus importante depuis 2010, grâce notamment à une meilleure activité en Chine, au Japon, et en Zone Euro. Une telle croissance simultanée dans tous les grands pays est un phénomène rarement observé depuis 50 ans.

Profitant de cette conjoncture positive, les banques centrales sont en train de préparer les marchés à la diminution des mesures monétaires exceptionnelles actuellement en place.

D’ailleurs,  lors de leur réunion à Jackson Hole, les banques centrales se sont montrés optimistes sur la conjoncture économique, tout en restant vagues sur les perspectives du futur resserrement de la politique monétaire. Cela indique probablement que les banques centrales veulent garder toutes les options sur la table.

L’absence de communication a fait progresser l’euro à plus haut niveau depuis plus de deux ans.

Les incertitudes géopolitiques ont profité aux taux longs américains, mais aussi au yen et à l’or.

Sur les marchés actions, les secteurs défensifs performent bien, notamment les services aux collectivités. A noter la progression des métaux en raison de la récente réduction des surcapacités de production en Chine.

Enfin, la baisse du dollar a été très positive pour les pays émergents,  où les indicateurs macroéconomiques provenant de la Chine demeurent positifs.

En conclusion, la reprise globale synchronisée se confirme. Au-delà des événements géopolitiques récents, la volatilité sur les marchés des changes devrait perdurer tant que les marchés n’auront pas plus de visibilité sur les perspectives des politiques monétaires à venir.

Crédit photo : PeskyMonkey