A lire dans la même thématique

Loi Pacte : ce qu’elle va changer pour le PEA et le PEA-PME ?

La loi PACTE assouplit le fonctionnement du plan d’épargne en actions (PEA ou PEA-PME) pour le rendre plus attractif. Un PEA jeune voit le jour.

Parmi les mouvements les plus significatifs de ce dernier mois, il est important de mettre en évidence l’évolution des prix du pétrole. Que penser de l'évolution de l'avenir ?

Bonjour et bienvenue pour ce nouveau Point Marchés,

En avril, les actions ont encore réalisé une bonne performance, après un excellent premier trimestre, le meilleur en fait depuis 2009. Grâce à 2 catalyseurs :

  • La pause des taux de la Fed,
  • Et les progrès en matière de négociations tarifaires entre la Chine et les Etats-Unis.

La plupart des marchés d’actions ont maintenant effacé la chute du dernier trimestre de l’an dernier. Le MSCI Monde a repris +15 %. Aux Etats-Unis, le S&P500 et le Nasdaq ont rejoint, et même dépassé leurs plus hauts historiques et l’indice des actions chinoises a gagné 30 %, ce qui envoie un signal positif pour la croissance mondiale qui devrait être capable de se stabiliser autour de 3,5 %.

3,5 % est un niveau significatif dans la mesure où les entreprises européennes par exemple, ont besoin de 3 % de croissance mondiale pour faire croitre leurs profits.

Alors parmi les mouvements les plus significatifs de ce dernier mois, on voudrait mettre en évidence l’évolution des prix du pétrole. Ils ont fortement monté :

  • Le Brent a gagné environ 40 % depuis le début d’année, soit deux fois plus que les prix des matières premières en général.
  • Si on considère les prix des matières premières industrielles, ils sont particulièrement sensibles à la stimulation de l’économie chinoise. Les prix du pétrole aussi d’ailleurs, mais ils subissent en plus l’influence de la géopolitique.
  • Le fait que l’administration américaine durcisse sa position sur les importations de pétrole Iranien n’a fait que renforcer cette tendance.
  • Il faut voir que l’évolution des prix du pétrole a un impact direct sur les anticipations d’inflation. Au dernier trimestre 2018, les prix du brent ont baissé de 40 %, ce qui a donc contribué à améliorer les conditions financières. En ce début d’année, la hausse de 40 % vient évidemment gommer une partie de cet avantage.

A partir de là, que penser maintenant de l’évolution à venir ?

2 points clés :

  • D’abord, après un fort rebond en ce début d’année, la valorisation s’est normalisée, et on peut logiquement s’attendre à une pause sur les marchés d’actions.
  • Ensuite, il faudra surtout surveiller le dollar.
    • Il est stable à l’heure actuelle.
    • S’il devait faiblir, cela montrerait que les marchés voient de manière positive la combinaison d’un ralentissement américain et d’une relance chinoise.
    • Cela serait favorable aux actifs pro-risque : actions par rapport aux obligations, valeurs cycliques par rapport aux valeurs défensives, etc.
    • Dans le cas contraire, s’il devait se renforcer à partir des niveaux actuels, cela indiquerait que l’aversion au risque est en train de reprendre le dessus.

A surveiller. A suivre donc, dans un prochain point marché.

Crédit photo : Getty Images