A lire dans la même thématique

Budget 2019 : ce qui va changer pour le pouvoir d’achat

Taxe d’habitation, cotisations salariales, coups de pouce fiscaux pour vos travaux, quels changements en 2019 ?

En 2 minutes, découvrez le décryptage des marchés en septembre 2018 par Sylvia Bocchiotti, experte Amundi Asset Management.

18 septembre 2018

Amundi Asset Management

Au cours des mois de juillet et d’août 2018, l’activité économique est restée très forte aux Etats-Unis, toujours robuste, malgré quelques déceptions, en zone euro et en Chine. Les marchés n’en ont pas moins été perturbés par plusieurs dossiers difficiles. Tout d’abord, les tensions commerciales internationales se sont aggravées : si l’Europe a bénéficié d’un répit, certes précaire, avec la suspension des menaces pesant sur ses exportations automobiles, la Chine, en revanche, s’est vue imposer de nouvelles sanctions par les Etats-Unis. Elle y a riposté, s’exposant potentiellement  à de nouvelles actions américaines.

Un autre facteur de volatilité a été la crise de change qu’a connue la Turquie : vulnérable aux flux de capitaux et connaissant un contexte géopolitique difficile, ce pays a subi un mouvement de défiance des investisseurs, inquiets des politiques économiques et monétaires menées par ses autorités. La livre turque a ainsi chuté brutalement fin août. Depuis le début de l’année, elle a perdu au total près de la moitié de sa valeur par rapport au dollar.

Enfin, en zone euro, les investisseurs ont continué de s’interroger sur l’attitude du nouveau gouvernement eurosceptique italien dont les promesses budgétaires sont jugées incompatibles avec les règles européennes. Alors que s’approche la publication du premier projet de budget italien, les rendements des emprunts d’Etat du pays sont remontés après une brève période d’accalmie.

Au total, ces difficultés ont davantage pesé sur les marchés d’actions européens, qui ont perdu en août leurs gains de juillet, que sur les marchés américains, qui ont réussi à progresser durant ces deux mois et sont en nette hausse depuis le début de l’année. La montée des tensions a également été très favorable au dollar, même s’il a, en fin de période, cédé une partie du terrain gagné. Sur les marchés obligataires, les évolutions des rendements des grands emprunts d’Etat, ceux de l’Allemagne et des Etats-Unis, sont restées modérées. L’or et le pétrole ont, pour leur part, légèrement baissé.

A la rentrée, les investisseurs devront surveiller l’évolutions des tensions commerciales alors que s’approchent les élections mid-term aux Etats-Unis. La publication du projet de budget italien, fin septembre, pourrait également être un facteur de volatilité. Enfin, les tensions pourraient être fortes au sujet du Brexit, pour lequel il n’y a toujours pas d’accord alors que le calendrier, qui prévoit la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne en mars 2019, paraît de plus en plus serré.

Crédit photo : Nikada