A lire dans la même thématique

Quelle taxation pour votre épargne en 2018 ?

Comment certaines mesures votées fin 2017 impacteront la taxation de votre l’épargne en 2018 ?

Octobre a été plutôt bon pour les marchés actions. Pourquoi ? L'analyse d'Amundi.

07 novembre 2016

Amundi Asset Management

Il y a eu une baisse du risque politique :  les indicateurs économiques des pays développés sont meilleurs que prévus. Surtout en Chine. Enfin, le pétrole reste à des prix raisonnables.

Côté BCE, nous attendons la réunion du 8 décembre pour en savoir un peu plus sur le programme d’achats en cours. En attendant, les rendements des emprunts d’État à 10 ans sont nettement repartis à la hausse. C’est notamment le cas pour le 10 ans allemand. Côté devises, l’euro est en baisse face au dollar, touchant un plus bas de 7 mois. L’or est en baisse aussi ! Et, le pétrole se stabilise.

En zone euro, la reprise se poursuit malgré les nombreux risques politiques à venir. Le cycle de crédit est positif, le taux de chômage recule et la consommation des ménages progresse. L’investissement des entreprises s’améliore et les indicateurs PMI sont positifs. Et pour l’instant, on ne voit toujours pas d’impacts dus au Brexit.

Aux États-Unis, l’économie continue de créer des emplois à un rythme soutenu, bien que la tendance moyenne soit en baisse. Les principaux indicateurs : ISM, PMI manufacturier et du secteur des services sont bien orientés. Côté immobilier, les ventes de logements neufs sont en hausse. Et enfin, les salaires progressent lentement mais sûrement. Tous ces indicateurs confirment notre scénario de rebond pour la fin d’année et une probable hausse des taux en décembre. Pour le moment, les investisseurs vont se concentrer sur l’issue des élections présidentielles.

Côté chinois, la croissance du PIB se stabilise à 6.7 %. Elle est soutenue par l’immobilier, et surtout la consommation interne qui contribue à plus des 2/3 du PIB. De plus, les indicateurs tels que la production industrielle, les ventes au détail et les investissements sont tous en hausse. Comme évoqué depuis plusieurs mois, le thème de la stabilisation se confirme et devrait se poursuivre en 2017.

Au Japon, les indicateurs sont plus mitigés. La plupart sont, en outre, très dépendants de l’évolution du yen. Mais la politique de la Banque Centrale qui vise à maintenir des taux 10 ans à zéro donne des marges de manœuvre au gouvernement.

En conclusion, l’économie mondiale s’est stabilisée. On note même une légère amélioration accompagnée d’une hausse de l’inflation aux Etats-Unis et en zone euro. Dans ce contexte, les politiques monétaires devraient être ajustées et c’est pourquoi les prochains discours des banquiers centraux seront déterminants.

Compte tenu d’un calendrier politique mondial encore très chargé, nous allons garder un biais prudent dans nos allocations et privilégier la diversification internationale.

Nous restons sur la zone euro pour bénéficier de la reprise économique. D’autant plus que les résultats d’entreprises pour le 3e trimestre sont encourageants.

Nous restons neutre sur le marché américain à l’approche des élections présidentielles. D’autant que les indices boursiers sont au plus haut.

En revanche, on reste positif sur les marchés émergents. Le potentiel de hausse nous paraît important dans un contexte économique qui s’améliore aidé par la stabilisation des devises.

On garde aussi nos actions japonaises mais couvertes du risque de change.

Ce mois-ci, nous allons introduire un nouveau de thème de diversification, les Infrastructures.

De quoi s’agit-il ? Les récents discours des grandes banques centrales montrent clairement que les politiques budgétaires doivent prendre le relais des politiques monétaires. En Europe, le sujet est sur la table depuis un an. Et, aux Etats-Unis, il figure dans les programmes des deux candidats.

Côté obligataire, la recherche de rendement reste un thème majeur. Nous continuons à privilégier les obligations d’entreprises et le haut rendement. Avec une nette prédilection pour le segment américain qui profite davantage de l’environnement monétaire actuel.

De même, nous restons favorables sur les obligations indexées sur l’inflation qui bénéficient de la récente hausse observée en zone Euro et aux US.
Nous gardons nos positions en obligations d’Etat des pays émergents libellées en dollar.